Navigation – Plan du site

Application du concept de Frontière à l’emploi de la modalité de visée dans certaines subordonnées en anglais

An Application of the Concept of Notional Boundary to the Use of Epistemic Modality in Some Subordinates in English
Bénédicte Guillaume
p. 183-208

Résumé

Cet article a pour objet l’emploi de la modalité de visée de will (et également de sa forme passée would) dans certaines subordonnées en anglais. Notre corpus est composé exclusivement d’exemples authentiques tirés du British National Corpus (B.N.C.), un corpus d’anglais britannique comportant cent millions de mots. Nous souhaitons montrer que le concept de Frontière tel que le définit A. Culioli dans la Théorie des Opérations Énonciatives (T.O.É.) n’est pas uniquement un concept théorique abstrait, mais apporte au contraire une aide concrète à la représentation, et partant à une meilleure compréhension, de phénomènes linguistiques complexes. Ainsi, nous nous servons du schéma du domaine notionnel, dont la Frontière qui marque la limite entre l’Intérieur et l’Extérieur est une des composantes, afin de représenter la relation prédicative de la principale et celle de la subordonnée des exemples que nous étudions. Après quelques commentaires sur certaines relatives introduites par when (par exemple, I look forward to the day when South Africa will have a fully representative government), nous nous intéressons essentiellement aux subordonnées introduites par if de type conditionnel (par exemple I’ll meet you if it will help the garden), ou bien concessif (the patient’s interest consists of his right to selfdetermination even if it will damage his health). Nous insistons sur le repérage qui s’effectue entre relation prédicative de la subordonnée et de la principale et tentons de montrer que l’emploi de will dans la subordonnée traduit également certaines tensions du contexte, comme la présence de préconstruits contraires, et implique une prise en compte dynamique des diverses zones du domaine, et notamment de la Frontière.

This article deals with the use of the epistemic modality of will (and of its past form would) in some subordinates in English. My corpus is made up exclusively of attested examples taken from the British National Corpus (BNC), a onehundredmillionword corpus of British English. I try to demonstrate that the concept of notional boundary, as was devised by A. Culioli in his utterercentred approach, is not merely an abstract theoretical concept, but that it can provide concrete material help in representing, and as a result understanding, complex linguistic phenomena. I more particularly resort to the diagram of the notional domain, to which the boundary belongs as it marks the frontier between the interior and the exterior, in order to represent the predicative relation of the main clause and that of the subordinate in the examples studied. After commenting briefly on some relative clauses introduced by when (for instance, I look forward to the day when South Africa will have a fully representative government), I primarily focus on ifsubordinates of the conditional or of the concessive type (such as I’ll meet you if it will help the garden or the patient’s interest consists of his right to selfdetermination even if it will damage his health). The way in which the clauses forming the utterance are located in relation to each other is decisive in the possibility to use will in the subordinate, but this modal also translates conflicting presuppositions in the context, which makes it necessary to take into account the dynamics of the three zones of the notional domain, and more particularly the boundary.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous remercions S. Mellet ainsi que les membres de l’équipe « énonciation » de l’U.M.R. B.C.L. et (...)
  • 2  Voir notamment l’article « La Frontière » reproduit dans CULIOLI 1990, 83-90, et plus particulière (...)

1Le présent article1tente de montrer que le concept de Frontière tel que le définit A. Culioli2n’est pas uniquement un concept théorique abstrait, mais qu’il apporte au contraire une aide concrète à la représentation, et partant à une meilleure compréhension, de phénomènes linguistiques complexes. En particulier, la représentation du domaine notionnel, dont la Frontière est l’une des composantes, permet de passer d’une appréhension intuitive à une formalisation qui facilite le repérage de phénomènes récurrents faisant partie intégrante de l’énoncé ou de son contexte.

  • 3  Sont donc exclus des énoncés tels go when you will (« partez quand vous voudrez ») ou bien if she (...)

2Le cas pratique retenu ici concerne l’emploi du modal will (sous sa forme de présent will et également sous sa forme de prétérit would) dans certaines subordonnées introduites respectivement par when ou bien par if. Nous nous intéressons ici aux emplois de will dans lesquels intervient au moins une part de modalité de visée, à l’exclusion de ceux dans lesquels will exprime uniquement la (bonne) volonté du sujet3. Le corpus est composé d’exemples authentiques, tirés pour la plupart de la World edition de l’an 2000 du British National Corpus (B.N.C.), un corpus d’anglais britannique contemporain de cent millions de mots compilé sous l’égide de l’Université d’Oxford.

  • 4  Voir GUILLAUME (2006) pour une étude détaillée des différents cas de figure possibles.
  • 5  On pourrait en effet insérer aisément un antécédent explicite tel by the time en amont de celle-ci (...)
  • 6  Pourtant, on pourrait arguer là encore de la possibilité d’ajouter un antécédent, par exemple at t (...)

3Intéressons-nous d’abord au cas de l’emploi de will pour faire référence à un évènement postérieur au moment d’énonciation dans une subordonnée en when. La possibilité d’une telle cooccurrence dépend de la nature de la subordonnée, de la fonction occupée par celle-ci au sein de l’énoncé, et également du type de repérage à l’œuvre entre subordonnée et principale4. La nature de la subordonnée en particulier est primordiale : ainsi, dans l’exemple [1], on a affaire à une relative sans antécédent5, tandis que dans l’exemple [2] la subordonnée en when n’est pas relative mais adverbiale6. Or, en dépit de leur nature différente, toutes deux occupent la fonction de complément circonstanciel de temps au sein de l’énoncé. Il existe néanmoins une différence majeure : en [2], la subordonnée adverbiale en when fournit un repère constitutif à la principale you [will be] the leaseholder. On est en quelque sorte confronté à une relation de cause à effet entre ces deux propositions : la réalisation de ce qui est décrit dans la principale dépend de la mise en œuvre de l’événement décrit dans la subordonnée. Rien de tel dans la relative en [1], dans laquelle deux événements futurs concomitants, dont l’un est fictif (our daughter would have been 29 years old), sont mis en parallèle sans pour autant qu’il y ait entre eux de relation de cause à effet :

[1] Penny McAllister’s parents welcomed the decision but insisted the verdict should have been murder and the sentence life. “Our daughter would have been 29 years old when this person will be walking the streets again,” said 51-year-old Norman Squire at his home in Arundel, West Sussex.

Les parents de Penny McAllister ont bien accueilli la décision mais ont insisté sur le fait que le verdict aurait dû être la perpétuité pour meurtre. « Notre fille aurait eu 29 ans lorsque cette personne sera à nouveau libre », a déclaré Norman Squire, âgé de 51 ans, depuis son domicile de Arundel dans le Sussex.

[2] You are the leaseholder — or will be, when the sale is completed.

C’est vous le locataire — ou plutôt vous le serez, lorsque la vente sera conclue.

  • 7  Nous nous référons ici à la différence que fait J. CHUQUET entre « repère constitutif au niveau én (...)

4L’exemple [2] illustre en fait le seul cas qui bloque réellement l’emploi de will dans la subordonnée en when, c’est-à-dire celui dans lequel la subordonnée fournit un repère constitutif à l’ensemble de l’énoncé plutôt qu’un simple repère temporel comme en [17]. Il est toutefois nécessaire d’aller au-delà de cette différence de nature (relative vs adverbiale) ainsi que de fonctionnement entre les subordonnées (repère constitutif dans certains cas et pas dans d’autres). Nous avons en effet pu montrer que lorsque will est employé, il introduit une différence fondamentale de point de vue sur les événements décrits, comme l’illustrent les exemples suivants :

[3] I was with Suu for two and a half weeks in April and I was able to tell her that this was going to happen today. […] She was physically weak, but by the time I left she was regaining her strength and her spirit and commitment remain unchanged. Both Dr Aris and the university look forward to the day when Aung San Suu Kyi will be free to come to Oxford to collect her honorary degree.

J’ai passé deux semaines et demie avec Suu en avril et j’ai pu lui annoncer que cela allait avoir lieu aujourd’hui. […] Elle était faible physiquement, mais au moment où je suis reparti elle reprenait ses forces et sa détermination et son engagement demeurent inchangés. Le Dr Aris tout comme l’université attendent avec impatience le jour où Aung San Suu Kyi sera libre de venir chercher son diplôme honoris causa à Oxford.

[4] I’m looking out of the window, putting off the moment when there will be nothing left to find out and all this has to end.

Je regarde par la fenêtre, remettant à plus tard le moment où il n’y aura plus rien à découvrir et où tout devra s’arrêter.

5Dans ces deux exemples, l’énonciateur se projette dans l’avenir à partir d’un point de vue présent : le sentiment d’anticipation exprimé par le verbe, qui peut être vu comme positif (look forward to) ou bien négatif (put off ), vient du fait que l’énonciateur oppose sa situation présente à une situation future dont l’avènement lui semble inéluctable, mais à une date non précisée car non pertinente.

  • 8  Voir entre autres CULIOLI 1990, 67-71 ; 83-90 ; 95-99.

6Or, une telle description en reste à un stade plus intuitif que linguistique. Afin de passer à un niveau supérieur d’analyse, il est souhaitable de traduire ces observations en des termes plus rigoureux. Une telle formalisation peut avoir lieu grâce à la description que fait A. Culioli de la construction du domaine notionnel8. Un domaine notionnel permet de représenter de manière concrète une notion, entité abstraite qui est antérieure à la catégorisation en mots (cf. Gilbert 1993, 67) :

A. — Représentation topographique du domaine notionnel (cf. Culioli 1985, 44 et Bouscaren et Chuquet 1987, 146).

7Le domaine notionnel se construit autour du centre organisateur, occurrence typique, possédant la propriété p par excellence. Or, le centre organisateur permet en fait la construction des trois zones distinctes bien que contiguës qui composent le domaine notionnel. Tout d’abord, l’Intérieur du domaine notionnel, une zone dans laquelle toutes les occurrences sont identifiées à p. Outre le centre organisateur, l’Intérieur peut également comporter un centre attracteur, qui est lié notamment à la construction du haut degré. La référence au haut degré implique également la présence d’un gradient, qui correspond à « plus ou moins ».

  • 9  « Dans la représentation topologique de la notion comme domaine notionnel de Culioli, l’Intérieur (...)

8À la limite entre l’Intérieur et l’Extérieur se trouve la Frontière : c’est une zone où l’on trouve des occurrences présentant la « propriété altérée » ; ce n’est ni totalement p, ni totalement extérieur. Enfin, l’Extérieur est pour sa part « vide de la propriété constitutive, soit par altérité radicale, soit par inexistence » (Culioli 1990, 98). Il s’avère par ailleurs nécessaire d’opposer l’Intérieur strict p à l’Extérieur strict non-p d’une part, et au complémentaire linguistique p’ d’autre part. Ce dernier est constitué de l’Extérieur non-p auquel s’ajoute la Frontière9.

9Dans les cas qui nous intéressent, le domaine notionnel permet en réalité de représenter la relation prédicative de la subordonnée ou celle de la principale, voire même de mettre en parallèle les domaines notionnels des relations prédicatives de la subordonnée et de la principale respectivement (notamment en ce qui concerne if, voir plus loin). On peut ainsi dans l’exemple suivant tenter de construire le domaine notionnel correspondant à l’ensemble formé par le groupe nominal antécédent the day et la relative en when :

[5] Mr de Klerk said he had considered appointing a black minister, but had concluded that such a step would be counterproductive at the current delicate stage of negotiations. He added : I look forward to the day when South Africa will have a fully representative government.

M. de Klerk a déclaré qu’il avait pensé à nommer un ministre noir, mais avait conclu qu’une telle avancée serait contreproductive à cette étape délicate des négociations. Il a ajouté : j’appelle de mes vœux le jour où l’Afrique du Sud aura un gouvernement parfaitement représentatif.

B. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 5.

  • 10  Il s’agit dès lors de la situation présente par rapport au moment de locution (Sit1) (cf. GILBERT (...)

10Si on fait correspondre la situation visée dans la subordonnée en when à l’Intérieur du domaine, la situation présente10de l’énonciateur rapporté correspond nécessairement à l’Extérieur. Le contenu sémantique de la relative en when implique en effet : the present government is not fully representative. Entre ces deux extrêmes, la Frontière pourrait être soit vide, sans épaisseur (ce qui est le cas des exemples 1 à 4), soit comporter des occurrences de transition. Si l’on se réfère au contexte de l’exemple [5], ceci correspond à l’idée de nommer au moins un ministre qui ne soit pas blanc : dès lors, on ne serait plus dans l’Extérieur si celui-ci correspond à an allwhite government ; mais on ne serait bien sûr pas encore dans l’Intérieur : a fully representative government.

  • 11  Il faut prendre quantitatif et qualitatif au sens que leur donne CULIOLI (voir par exemple 1990, 9 (...)
  • 12  Ceci peut être noté de la manière suivante : T0 :T ≠ T0 (cf. GROUSSIER & RIVIÈRE 1996, 64, 191).

11Or, la présence de will permet, selon nous, de signaler explicitement une différenciation au niveau qualitatif11, qui est celui de la valuation, entre le moment auquel aura lieu la validation de la relation prédicative contenue dans la subordonnée (ou moment d’énoncé) et le moment d’énonciation12.

12De surcroît, sur le plan quantitatif (ou existentiel), la subordonnée évoque le passage de la non-existence (the government is not representative) à l’existence (the government is representative). La visée marquée par will est donc tout autant qualitative que quantitative. En effet, will est dans les exemples qui nous intéressent le marqueur d’une assertion différée : la réalisation de l’action est vue comme certaine mais dans un espace-temps distinct de celui de la situation d’énonciation.

  • 13  I comme Intérieur et E comme Extérieur : à partir de cette position, l’un comme l’autre sont envis (...)
  • 14  Voir CULIOLI 1990, 162 à propos de la position (IE), et GROUSSIER & RIVIÈRE 1996 : 35 à propos du (...)

13Or, il est possible de formaliser ce hiatus temporel en ajoutant une dimension au schéma précédent au moyen de la représentation du plan prémodal, qui est décroché par rapport au plan de validation et dans lequel se situe la position (IE13), une position à partir de laquelle on peut envisager aussi bien la validation que la non-validation de la relation prédicative14. Le passage d’un plan vers l’autre correspond donc cette fois-ci au franchissement d’une frontière quantitative :

C. — Représentation des opérations constitutives d’une subordonnée relative introduite par when et dans laquelle le modal will est employé avec sa valeur de visée (cf. Guillaume 2006, 73).

14Ainsi, l’utilisation de will dans une subordonnée en when correspond à un franchissement de Frontière, tant sur le plan quantitatif (qui correspond sur le schéma au premier mouvement, et symbolise l’assertion différée : la réalisation de la relation prédicative décrite dans la subordonnée en when est visée, néanmoins, s’agissant d’un événement futur, il n’est pas possible d’éliminer la distance entre la situation présente et le plan de validation) que sur le plan qualitatif (symbolisé par le deuxième mouvement, qui part de l’Extérieur du domaine en direction de l’Intérieur).

  • 15  Voir l’introduction de S. Mellet : « la frontière notionnelle est d’épaisseur non-nulle. Ce n’est (...)

15Pour autant, en ce qui concerne le moment d’énonciation, on en reste au stade de mouvements vers la validation : ceux-ci sont interceptés en un point qui n’est ni le point de départ, ni le point d’arrivée. Or il est très probable qu’un tel lieu se situe dans la Frontière15.

16En ce qui concerne la distance entre le plan prémodal et le plan de validation, nous rejoignons la forme schématique que propose A. Deschamps pour will (2001, 58). Ce linguiste propose en effet pour chacun des cinq modaux fondamentaux de l’anglais une forme schématique composée d’une double bifurcation ; la première est liée aux opérations qualitatives (QLT), qui correspondent essentiellement au paramètre S (propriétés, relations intersubjectives…) tandis que la seconde s’apparente aux opérations quantitatives (QNT), c’est-à-dire au paramètre T (spatio-temporel). Voici la forme schématique correspondant à will :

D. — Forme schématique de will selon le système de représentation de la modalité en anglais d’A. Deschamps (1999 ; 2001).

  • 16  Voir GUILLAUME (2011) pour une étude des divers cas de figure rencontrés au sein d’un corpus d’une (...)
  • 17  En revanche, la représentation du plan prémodal (dimension quantitative) s’avère peu pertinente ic (...)

17Le modal will peut apparaître également sous certaines conditions dans les subordonnées en if16. Intéressons-nous à présent à celles-ci. La représentation du domaine notionnel et de sa Frontière se révèle également pertinente dans l’étude de ce cas de figure. En ce qui concerne les conditionnelles tout d’abord, il est nécessaire de prendre en compte l’articulation entre propositions17, puisqu’une condition entraîne normalement une conséquence, comme l’indique la formule if p, then q. Cette formule bien connue décrit en effet la relation entre une subordonnée conditionnelle placée en tête de phrase, en amont d’une conclusion exprimée par la principale (cf. Dubois et al. 1999, 388) :

[6] If we have enough money, we will buy a new car.

Si nous avons assez d’argent, nous changerons la voiture. (exemple inventé)

E. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 6.

  • 18  Voir CHUQUET 1984, 52.

18Même si en apparence on ne tient compte que de l’Intérieur du domaine, le complémentaire linguistique p’ n’est jamais totalement éliminé avec un marqueur tel que if18, d’où sa présence sur notre schéma. Pour autant, on postule ici le choix de l’Intérieur sans expliciter les autres cas de figure. Certes, il semble sous-entendu que si nous n’avons pas assez d’argent, nous ne changerons pas la voiture, mais il pourrait également exister des situations intermédiaires susceptibles d’instancier la Frontière (par exemple, nous n’avons pas assez d’argent, mais nous pourrions compléter par un prêt…) qui ne sont pas non plus envisagées explicitement.

  • 19  Rappelons que nous ne nous intéressons pas aux cas dans lesquels will exprime exclusivement la vol (...)
  • 20  Voir note 1, p. 187.

19Or, notre hypothèse en ce qui concerne l’emploi de will19au sein d’une subordonnée introduite par if (qu’elle soit conditionnelle ou bien concessive) est que le point commun de la plupart des exemples est d’expliciter, en plus du repérage de q par rapport à p, le repérage de q par rapport au complémentaire p’. En fonction du contexte, ce complémentaire peut correspondre à non-p (c’est-à-dire l’Extérieur sans la Frontière, dans le cas où celle-ci est vide par exemple) ou bien à p’ (Extérieur + Frontière20). Dans ce dernier cas, les occurrences de la Frontière ont un rôle déterminant à jouer.

20Ainsi, dans l’exemple suivant, c’est la Frontière du domaine notionnel de q qui est instanciée. On rencontre en effet dans le début de l’extrait un préconstruit contraire venant s’opposer à q : I fear I’m rather past giving interviews, le dit préconstruit étant également explicité en aval (she is now nearly ninety). Un tel contexte procure ainsi une épaisseur à la Frontière du domaine notionnel correspondant à la relation prédicative de la principale :

[7] “I fear I’m rather past giving interviews”, Lady Heathcoat Amory had warned, “but I’ll meet you if it will help the garden. ” Indeed, although she is now nearly ninety, one senses that Lady Amory would do almost anything in her power if she thought it would benefit Knightshayes, the garden she created with her husband, Sir John Heathcoat Amory, after the Second World War.

« J’ai peur d’avoir nettement dépassé l’âge d’accorder des entretiens », m’avait prévenu Lady Heathcoat Amory, « mais je veux bien vous rencontrer si cela peut apporter quelque chose au jardin. » En effet, bien qu’elle ait maintenant près de quatre-vingt-dix ans, on comprend que Lady Amory ferait presque n’importe quoi en son pouvoir si elle considérait que cela serait bénéfique pour Knightshayes, le jardin qu’elle a créé avec son mari, Sir John Heathcoat Amory, après la seconde guerre mondiale.

F. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 7.

  • 21  Voir à titre de comparaison le schéma que propose G. RANGER afin de représenter l’opération associ (...)

21La flèche en gras permettant une translation de la Frontière vers l’Intérieur21n’est pas sans rappeler la visée correspondant à l’emploi de will dans la subordonnée, et montre que la situation décrite est atteinte au terme d’une évolution mentale. Elle vient en effet s’opposer à la flèche en pointillés, qui pour sa part correspond à ce que l’on pourrait déduire des préconstruits contextuels situés dans la Frontière du domaine de q ; pour autant, cette éventualité n’est au final pas sélectionnée.

22Dans l’exemple suivant, on rencontre également un préconstruit contraire contextuel ayant pour conséquence le fait que la relation de type if p, then q décrite dans la deuxième partie de l’énoncé ne se concrétise pas d’emblée, et oblige à tenir compte de le Frontière. Or la particularité ici est que la remarque he gets so easily depressed pourrait être attribuée indifféremment à la Frontière du domaine notionnel de p ou bien à la Frontière de celui de q. Le schéma suivant permet de visualiser cet amalgame :

  • 22  En l’absence de if, anything ne serait pas justifié dans un tel énoncé, c’est pourquoi nous le tra (...)

[8] Lorenzo was in Sardinia last month. He wanted to see Garibaldi’s house. He gets so easily depressed that I’m happy if anything22will distract him.

Lorenzo était en Sardaigne le mois dernier. Il voulait visiter la maison de Garibaldi. Il a tellement tendance à déprimer que je suis ravi lorsque quelque chose parvient à le distraire.

G. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 8.

  • 23  Pour des analyses d’exemples de concessives ne comportant pas even devant if, voir GUILLAUME (2011 (...)

23Le marqueur if peut introduire également des subordonnées concessives. Dans un tel cas de figure, il ne pèse plus de contrainte particulière sur l’emploi de will avec une valeur de visée. Il est néanmoins intéressant d’examiner des exemples dans la mesure où ils présentent un certain nombre de similarités avec les conditionnelles lorsque will est employé dans la subordonnée, notamment en ce qui concerne le rôle du complémentaire linguistique. Nous nous intéressons en particulier au cas de even if23 :

[9] The patient’s interest consists of his right to selfdetermination his right to live his own life how he wishes, even if it will damage his health or lead to his premature death. L’intérêt du patient consiste à respecter le droit qu’il a de décider pour lui-même, le droit de vivre sa vie comme il l’entend, même si cela doit lui causer des problèmes de santé ou provoquer sa mort prématurément.

Dans une approche énonciative, le propre de even est de signaler une « valeur ultime avant le passage à E » (Culioli 1999 b, 1778). Une telle valeur se situe donc bel et bien à la limite entre l’Intérieur strict (p) et l’Extérieur strict (non-p), et ne peut donc appartenir qu’à la Frontière, et donc au complémentaire linguistique p’ :

H. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 9.

24Contrairement à ce qui se passait avec les conditionnelles, on assiste ici à une perte du parallélisme entre le domaine notionnel correspondant à p et celui correspondant à q, ce qui provoque entre eux un décalage. En effet, quelle que soit l’attitude envisagée dans la subordonnée (en p, p’), elle sera évaluée comme conforme à l’intérêt du patient (c’est-à-dire l’Intérieur du domaine de q). A. Culioli note ainsi que l’emploi de even devant if « déclenche une valeur d’inefficacité » (1999 b, 179) dans la mesure où la subordonnée n’a en réalité pas de prise sur la mise en œuvre de la relation contenue dans la principale : il s’agit de respecter les choix du patient de manière inconditionnelle, quelles qu’en soient les conséquences. Or, bien que ce décalage soit essentiellement dû à l’emploi de even devant if, ce qui oblige à prendre en compte la Frontière, il fait également partie prenante des conditions permettant l’emploi de will dans la subordonnée, c’est-à-dire le fait que l’ensemble du domaine de p soit repéré par rapport à q.

25À noter que seule la prise en compte de la Frontière permet de formaliser le raisonnement à l’œuvre dans cet énoncé quelque peu paradoxal sans tomber dans le contresens. Ainsi, une occurrence telle damage his health ne peut pas correspondre à l’Intérieur des occurrences typiques de l’intérêt du patient, mais n’est pas non plus équivalente à lead to his premature death. De même, dans l’exemple suivant :

[10] Although antiabortionists would maintain that it is morally wrong to dispose of a child even if it will live no longer than a week at the most, many more people doubt the right of a mother to dispose of a child with Down’s Syndrome who stands a very good chance of living a lengthy life.

Tandis que les opposants à l’avortement affirment qu’il est inacceptable d’un point de vue moral de se débarrasser d’un enfant même s’il ne peut survivre au-delà d’une semaine tout au plus, il existe encore plus de gens pour penser qu’une mère n’a pas le droit de se débarrasser d’un enfant trisomique qui a pour sa part une très bonne chance de vivre aussi longtemps qu’un autre.

I. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 10.

26Dans le contexte, la proposition it is morally wrong to dispose of a child se trouve explicitement repérée par rapport à l’Intérieur d’un domaine correspondant à a child who stands a very good chance of living a lengthy life. Dès lors, le syntagme verbal live no longer than a week at the most correspond à la dernière occurrence de la Frontière ; au-delà de celle-ci, on se retrouve dans l’Extérieur du domaine. Le choix des termes est à cet égard très parlant : un comparatif qui fonctionne à la manière d’une occurrence minimale (no longer than a week) et l’expression superlative at the most. Contrairement à l’exemple précédent, l’Extérieur du domaine de p n’est pas explicitement repéré par rapport à l’Intérieur du domaine de q, d’où les points d’interrogation sur notre schéma ; il semblerait pourtant possible d’attribuer au sujet de l’énoncé antiabortionists l’idée qu’elle se trouve vérifiée dans tous les cas, quelle que soit la zone du domaine (Intérieur, Frontière, Extérieur) prise en compte lors du repérage entre propositions : no matter how long the child will live, it is morally wrong to dispose of it. On retrouve en tout cas la « valeur d’inefficacité » dont il a été question plus haut.

27Dans l’exemple [11], on assiste non seulement au même type de décalage qu’en [9] et [10] entre les domaines de p et de q respectivement, mais ce dernier se double ici d’un décentrage du domaine de p sous l’effet de q :

  • 24  Dans le cas de l’exemple [11], on pourrait justifier l’emploi du modal par une valeur radicale de (...)

[11] Most publications will give you a number to ring even if they will not24give an address, and once you have spoken to the potential recipients you should have no trouble in getting addresses and a convenient time to deliver.

La plupart des journaux vous donneront un numéro à appeler même s’ils ne communiquent pas d’adresse, et lorsque vous aurez parlé aux destinataires potentiels vous ne devriez pas avoir de problème pour obtenir les adresses et un rendez-vous pour la livraison.

J. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 11.

  • 25  On peut en effet construire le domaine notionnel d’une relation prédicative comportant une négatio (...)

28Dans notre exemple, le repérage entre p et q permet de mettre en parallèle l’ensemble du domaine de p = not give an address25avec l’Intérieur du domaine de q = give a number to ring. Or, en fonction de ce qui est expliqué dans le contexte, on peut considérer que give a number to ring appartient à la Frontière du domaine notionnel de give an address : ce n’est pas tout à fait la même chose que de donner une adresse, mais au final cela permettra d’en obtenir une. C’est en quelque sorte une occurrence intermédiaire.

29Ainsi, la quasi-équivalence postulée dans l’énoncé entre not give an address et give a number to ring a pour conséquence de décaler in extremis l’occurrence de not give an address vers la Frontière (correspondant en cela à la « valeur ultime » dont parle A. Culioli), et de là vers l’Extérieur, toujours grâce au contexte immédiat (you should have no trouble in getting addresses).

  • 26  C’est-à-dire, neutre, dénué de toute marque de point de vue ; voir CULIOLI 1999 a, 127-143.

30En ce qui concerne les flèches employées pour symboliser les décalages issus de cette série d’opérations, elles marquent le dynamisme de l’ensemble du processus. Ceci rejoint les observations faites à propos de l’emploi de will dans les subordonnées en when. Ainsi, dans ces subordonnées, la modalisation mise en œuvre par will est foncièrement dynamique, et s’oppose sur ce plan à l’emploi du présent simple avec une valeur aoristique26, qui serait tout à fait acceptable sur le plan grammatical mais nettement plus statique sur le plan énonciatif.

  • 27  On peut consulter des exemples dans GUILLAUME 2006, 69.

31Intéressons-nous maintenant à un troisième cas de figure. Comme nous l’avons signalé en introduction, le modal will peut également apparaître dans les subordonnées qui nous intéressent sous sa forme passée would. Dans le cas des relatives en when, l’emploi du prétérit se justifie presque toujours par la concordance des temps27 : l’analyse du phénomène rejoint donc celle qui a été proposée pour will, à transposer dans un contexte passé.

32Or, il n’en est pas de même en ce qui concerne les subordonnées conditionnelles en if ; si l’on peut bien sûr y rencontrer également de la concordance des temps, certains exemples sortent de ce cadre et illustrent un emploi de would assez peu répandu, dont l’étude peut elle aussi bénéficier du recours à la représentation d’un domaine notionnel incluant une Frontière :

[12] You know how I said you could have sex with someone else ? Well… If it would be okay with you, try not to. Unless you already have, and then that’s fine.

Tu te rappelles ce que je t’ai dit sur le fait que tu pouvais coucher avec quelqu’un d’autre ? Eh bien… Si vraiment ça ne t’ennuie pas trop, essaie de ne pas le faire. À moins que tu l’aies déjà fait, et dans ce cas ce n’est pas un problème. (Sex and the City 6 ; 20)

  • 28  Voir la note 1 ci-dessus concernant la valeur aoristique du présent.
  • 29  . Par exemple : If it were okay with you, then you wouldn’t be having an affair with someone else. (...)

33Comme pour les exemples d’emploi de will dans une subordonnée conditionnelle déjà étudiés, l’alternative à l’emploi de would dans cet exemple serait le présent simple28 : If it is okay with you, try not to. En effet, le remplacement par le prétérit modal de be échouerait, dans la mesure où il changerait le sens en étant clairement contrefactuel : son emploi nécessiterait de ce fait un contexte complètement différent29. Essayons une fois de plus de représenter la relation entre les domaines de p et de q respectivement :

K. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 12.

  • 30  On pourrait rapprocher cela du schéma de came (cf. CULIOLI 1985, 65 ; 78).

34Comme dans les exemples [7] et [8] qui comportent if + will, on note ici la présence dans le contexte d’un préconstruit contraire. Néanmoins, contrairement à ce qui se passait avec l’emploi de will, le mouvement ne part plus de la Frontière, mais bien de l’Extérieur : la partie se joue donc en deux coups30. Un premier mouvement de la pensée permet d’évoluer depuis l’Extérieur vers la Frontière ; c’est néanmoins l’Intérieur qui est visé, mais sans toutefois être atteint. L’énonciateur tend vers l’Intérieur mais reste piégé dans la Frontière à cause du préconstruit contraire. Ainsi, en [12], Samantha souhaiterait que son petit ami lui soit fidèle, mais elle n’ose pas formuler cette demande de manière franche dans la mesure où elle lui a elle-même donné explicitement la permission d’aller voir ailleurs. Quant à la flèche en pointillés qui part de la Frontière du domaine de q pour atteindre l’Extérieur, elle correspond à la fin de l’énoncé (unless you already have), dans laquelle on envisage la possibilité que l’événement have sex with someone else ait déjà eu lieu, sans pour autant l’affirmer.

35Ainsi, le recours au prétérit modal de will signale bien ce double décalage. Là où will, marqueur de visée, met d’ores et déjà en avant un hiatus, le prétérit signale pour sa part un décrochage, qui n’est pas temporel ni factuel au sens où on l’entend habituellement. Il ne s’agit en effet pas seulement de signaler une situation fictive, mais plutôt de mettre en avant le décalage entre ce qui est souhaité, envisagé, et la situation de départ.

  • 31  En anglais, on parlerait sans doute de tentativeness à propos de cet énoncé.

36Pour reprendre une remarque de L. Dufaye (2002 : 54) à propos d’un exemple de if + should, on peut analyser la présence de would comme « une forme de “renforcement” de l’altérité entre [l’Intérieur] et [l’Extérieur] ». L’embarras de l’énonciateur l’amène à exprimer sa demande en contournant toute assertion, même fictive31 ; on est presque ici dans la prétérition.

37Dans l’exemple suivant, c’est à nouveau le présent simple et non le prétérit modal qui pourrait constituer une alternative acceptable à l’emploi de would :

[13] A16 771 Fortunately, most retailers will split packs for you if buying whole packs would be uneconomical, so it’s best either to count up the numbers you need from a scale plan of the area to be tiled, or else to use the “number per square metre” figures given above. Heureusement, la plupart des détaillants se montrent prêts à défaire les paquets à votre demande au cas où l’achat par cartons entiers s’avérerait plus coûteux, donc le mieux est de calculer les quantités dont vous aurez besoin à partir d’un plan avec échelle de la surface à carreler, ou bien de vous référer aux données ci-dessus qui indiquent le nombre de carreaux nécessaire par mètre carré.

38Néanmoins, le remplacement par le présent simple aoristique (if buying whole packs is uneconomical…) modifie quelque peu la perception de cet énoncé. Avec le présent, on envisage vraiment cette possibilité, tandis qu’avec would l’éventualité que cette situation se produise apparaît comme plus faible, sans pour autant devenir contrefactuelle (comme l’aurait par exemple suggéré l’emploi du prétérit modal de be) puisque l’on conseille tout de même de faire un calcul précis avant de choisir entre les deux possibilités.

39Ainsi, pour retrouver la même nuance qu’avec would dans cet énoncé en employant du présent simple, il faudrait avoir recours en plus de be à un verbe soulignant l’aspect plus hypothétique de cette conditionnelle, par exemple : if buying whole packs proves to be/ turns out to be uneconomical (« si cela se révèle/ doit se révéler »)

L. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 13.

40L’insistance sur la faible éventualité qu’une telle situation se produise créée par l’emploi de would implique qu’acheter des carreaux par cartons entiers plutôt que par petite quantité ne fera pas dépenser d’argent supplémentaire. Donc, là encore, on part de l’inverse de ce qui est décrit dans la subordonnée, correspondant dans ce cas à l’Extérieur, et on envisage l’Intérieur du domaine depuis la Frontière sans pour autant franchir la borne qui les sépare (d’où les pointillés sur notre schéma).

  • 32  Dans la Théorie des Opérations Énonciatives, on parle de « modalité de rang un » en ce qui concern (...)

41À noter que dans cet exemple, la principale q contient également un modal, will, qui a pour sa part une valeur essentiellement radicale, c’est-à-dire qu’elle concerne les propriétés du sujet de l’énoncé. Or, comme nous allons le voir les exemples qui suivent, la présence de modaux dans la principale est très fréquente en cooccurrence avec l’emploi de would dans la subordonnée en if. Ceci est également à rapprocher de l’emploi de l’impératif (try not to) dans l’exemple [12] ; en effet, l’injonction correspond comme l’emploi des modaux à l’emploi d’une nuance modale autre que celle du certain32. Un tel phénomène s’explique assez bien si l’on considère que le recours à would dans la subordonnée dans les exemples étudiés est un moyen de ne pas poser de choix, même fictif, entre valeur positive (Intérieur du domaine) et valeur négative (Extérieur) d’une relation prédicative donnée. Le recours à une nuance modale dans la principale participe donc lui aussi de l’ancrage dans un entre-deux :

[14] C8A 1633 For a soft effect, thin down an oilbased paint with spirits, and then apply your colour with a brush. If you would find it easier to work with the doors flat on the floor, they can easily be unscrewed and replaced later.

Pour un effet plus doux, délayez une peinture à l’huile avec du white spirit, puis appliquez votre couleur avec un pinceau. Si toutefois vous trouviez plus aisé de travailler avec les portes posées à plat sur le sol, elles peuvent facilement être dévissées et replacées ultérieurement.

[15] ABP 206 It may not be money that he wants ; and even if he would be satisfied with money, it may be very hard to say what would be a fair compensation for his loss, and a jury may not be the most suitable body for assessing it.

Il se peut que ce ne soit pas l’argent qui l’intéresse, et même s’il pouvait se contenter d’argent, il peut s’avérer très difficile d’évaluer le montant d’une compensation équitable en fonction de son préjudice, et un jury n’est peut-être pas l’institution la mieux placée pour ce faire.

42L’exemple [14] est assez proche de l’exemple [13] concernant les opérations énonciatives en jeu. À une possibilité évaluée comme relativement peu probable dans la subordonnée répond l’emploi du modal can avec une valeur radicale dans la principale.

43En [15], on retrouve l’emploi de even devant if, qui donne lieu également à des emplois de will tels ceux déjà rencontrés dans les exemples [9], [10] et [11]. On part d’un préconstruit contraire (it may not be money that he wants) pour atteindre la Frontière ; on pourrait gloser par « admettons, à la limite, qu’il puisse se satisfaire d’un dédommagement pécuniaire […] ». La conséquence qu’on en tire se situe à la Frontière du domaine notionnel de la relation prédicative de la principale.

  • 33  La modalité épistémique permet d’évaluer les chances de validation d’une relation prédicative, cel (...)
  • 34  Dans les schémas que propose A. DESCHAMPS, auxquels nous avons déjà fait référence en ce qui conce (...)

44La présence du modal may avec sa valeur épistémique33(it may be very hard to say…) est en effet typique du refus ou de l’impossibilité de choisir entre les deux pôles du domaine34.

M. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 15.

45On retrouve le modal may dans la principale de l’exemple [16], mais dans un emploi qui cette fois-ci n’est pas épistémique. De surcroît, on note dans la subordonnée l’emploi de would associé à l’aspect parfait, et mis en concurrence avec might, autrement dit le prétérit modal de may. Or, l’emploi de might ajoute une nette part d’incertitude par rapport à celui de would. Dans un tel contexte, c’est in the near future qui permet d’instancier la Frontière entre licenciement justifié et licenciement injustifié :

[16] B08 1446 Compensation may be limited if a fair dismissal would, or might, have been possible in the near future, ie where the unfairness lay primarily in accelerating your dismissal.

Les indemnités peuvent être limitées si un licenciement justifié aurait eu lieu, ou aurait pu avoir lieu, dans un futur proche, c’est-à-dire si l’injustice consistait essentiellement dans le fait d’avoir anticipé votre licenciement.

N. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 16.

46En conclusion, le recours à la Frontière dans la représentation du domaine notionnel permet une approche nuancée des phénomènes, dans la mesure où elle peut illustrer le cas extrêmement fréquent de la prise en compte d’un entredeux dans le discours : ce n’est pas tout à fait le cas, et ce n’est pas tout à fait pas le cas… Dans le cas pratique étudié, nous avons pu mettre en évidence que l’utilisation du modal will (ou de son prétérit would) avec une modalité de visée ne peut se faire dans les subordonnées en when ou en if que sous certaines conditions. Dans une relative en when, l’emploi de will/would permet de mettre en relief une différenciation entre moment présent et moment à venir sur les plans quantitatif mais également qualitatif. Dans une conditionnelle en if et dans certaines concessives, le modal will est typiquement employé lorsque, contrairement à ce qui se passe avec le recours au présent aoristique dans la subordonnée, la condition n’aurait pas pu être formulée d’emblée, et ce essentiellement en raison des préconstruits et implications contextuels. Quant à would, il est employé au sein d’une subordonnée conditionnelle pour décrire une éventualité dont les chances de concrétisation sont évaluées par l’énonciateur comme étant faibles. Les concepts théoriques de la T.O.E. nous ont permis d’illustrer les différents cas de figure par des schémas ayant pour but de participer d’une meilleure compréhension de ces phénomènes.

Haut de page

Bibliographie

Bouscaren J. & Chuquet J., 1987, Grammaire et textes anglais. Guide pour l’analyse linguistique, Paris, Ophrys.

Celle A., 2003, « La visée dans les propositions hypothétiques en anglais et en français », La Subordination en anglais. Une approche énonciative, A. Celle et S. Gresset (éd.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 69-87.

Chuquet J., 1984, « If », Cahiers de Recherche en grammaire anglaise, t. 2, Gap, Ophrys, 45-87.

Chuquet J., 2001, « Modalité et Subordination », Modalité et opérations énonciatives, Cahiers de Recherche, t. 8, J. Bouscaren, A. Deschamps et L. Dufaye (éd.), Paris, Ophrys, 145-76.

Close R. A., 1980, « Will in ifclauses », Studies in English Linguistics for Randolph Quirk, S. Greenbaum, G. Leech et J. Svartvik (éd.), Londres, Longman, 100-109.

Comrie B., 1985, Tense. Cambridge Tetxbooks in Linguistics, Cambridge, Cambridge U. P.

Culioli A., 1985, Notes du séminaire de D.E.A. 1983-1984, Poitiers, D.R.L., Paris 7.

Culioli A., 1990, Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, t. 1, Paris, Ophrys.

Culioli A., 1999, Pour une linguistique de l’énonciation. Formalisation et opérations de repérage, t. 2, Paris, Ophrys.

Declerck R., 1984, « “Pure future” will in if clauses », Lingua 63, 279-312.

Declerck R., 1996, « Tense choice in adverbial when-clauses », Linguistics 34, 225-261.

Declerck R., 1997, Whenclauses and temporal structure, London, Routledge.

Deschamps A., 1999, « Essai de formalisation du système modal de l’anglais », Les opérations de détermination. Quantification/ Qualification, A. Deschamps et J. Guillemin-Flescher (éd.), Paris, Ophrys, 269-285.

Deschamps A., 2001, « Approche énonciative des modaux de l’anglais », Modalité et opérations énonciatives, Cahiers de Recherche t. 8, J. Bouscaren, A. Deschamps et L. Dufaye (éd.), Paris, Ophrys, 3-22.

De Vogüe S., 1987, « Si, la condition nécessaire et la condition suffisante », Actes du colloque sur l’implication dans les langues naturelles et dans les langages artificiels, Université de Strasbourg, 1985, Paris, Klincksieck.

De Vogüe S., 1999, « Le champ des subordonnées dites conditionnelles du français : conditions, éventualités, suppositions et hypothèses », L’Hypothétique, LINX n°41, Paris, Université Paris X-Nanterre, 93-118.

Dubois J. et al., 1999, Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, nouv. éd., Paris, Larousse-Bordas.

Dufaye L., 2002, « La représentation de l’irréel : de l’intuition aux opérations », Anglophonia/Sigma, 12, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 29-61.

Gilbert E., 1993, « La théorie des opérations énonciatives d’Antoine Culioli », Les théories de la grammaire anglaise en France, P. Cotte (éd.), Paris, Hachette Supérieur, 63-96.

Gilbert E., [1998] 2001, « À propos de WILL », Les Verbes modaux, P. Dendale et J. Van Der Auwera (éd.), Cahiers Chronos 8, Amsterdam, Rodopi, 123-39.

Groussier M. L. & Riviere C., 1996, Les mots de la linguistique. Lexique de linguistique énonciative, Paris, Ophrys.

Guillaume B., 2006, « Will dans les subordonnées en when est-il un marqueur de différenciation au niveau qualitatif ? », Cycnos, 23. 1, 63-75.

Guillaume B., 2009, « The status of whenand whereclauses without an overt antecedent », Anglophonia/Sigma 26, 195-217.

Guillaume B., 2011, « Will dans les subordonnées en if », CORELA 9, 2.

Huddleston R. & Pullum G., 2002, The Cambridge Grammar of the English Language, Londres, Cambridge U. P.

Leech G., 1971, Meaning and the English Verb, Londres, Longman.

Merillou C. & Ranger G., 2000, «Repérage, déformabilité et ajustement dans les propositions circonstancielles en when », Cahiers Forell 14, J. Chuquet (éd.), 47-64.

Palmer F., 1979, Modality and the English Modals, Londres, Longman.

Ranger G., 1998, Les constructions concessives en anglais : Une approche énonciative, numéro spécial des Cahiers de Recherche, Paris, Ophrys.

Ranger G., 2007, « Le concept de frontière : applications en linguistique énonciative », L’identité et ses frontières : approches croisées d’un malaise contemporain, M. Beauviche (éd.), Avignon, Éditions universitaires d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

Ranger G., 2008, « All this if not more… », L’envers du décor. Études de linguistique anglaise, Geneviève Girard-Gillet (éd.), Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, 239-254.

Wyld H., 2001, Subordination et énonciation, numéro spécial des Cahiers de Recherche, Gap, Ophrys.

Corpus

British National Corpus. 2000, World edition. The Humanities Computing Unit of Oxford University.

Sex and the City. 2004, An American Girl in Paris (Part 2), saison 6, épisode 20, créé par D. Starr. HBO — Time Warner Entertainment Company, avec Kim Cattrall.

Haut de page

Notes

1  Nous remercions S. Mellet ainsi que les membres de l’équipe « énonciation » de l’U.M.R. B.C.L. et les autres auteurs des articles de ce numéro pour leurs remarques lors de la présentation de ce travail à divers stades. Nous restons néanmoins seule responsable de toute erreur ou inexactitude.

2  Voir notamment l’article « La Frontière » reproduit dans CULIOLI 1990, 83-90, et plus particulièrement les pages 86 à 90.

3  Sont donc exclus des énoncés tels go when you will (« partez quand vous voudrez ») ou bien if she will sleep with him, her brother shall live (« si elle accepte de coucher avec lui, son frère sera épargné »). À noter que tous les exemples cités sont tirés du B.N.C., sauf mention contraire.

4  Voir GUILLAUME (2006) pour une étude détaillée des différents cas de figure possibles.

5  On pourrait en effet insérer aisément un antécédent explicite tel by the time en amont de celle-ci. À propos de la détermination de la nature des subordonnées en when, et de la possibilité d’être confronté à des cas ambigus ou hybrides, voir GUILLAUME (2009).

6  Pourtant, on pourrait arguer là encore de la possibilité d’ajouter un antécédent, par exemple at the time. Or cette possibilité est en fait due à l’emploi du subordonnant when, qui est forcément compatible avec l’emploi d’expressions temporelles ; c’est néanmoins le rôle de repère joué par la subordonnée au sein de l’énoncé qui doit primer dans l’analyse (cf. GUILLAUME 2009, 212-213).

7  Nous nous référons ici à la différence que fait J. CHUQUET entre « repère constitutif au niveau énonciatif » et « repère situationnel » (2001, 166).

8  Voir entre autres CULIOLI 1990, 67-71 ; 83-90 ; 95-99.

9  « Dans la représentation topologique de la notion comme domaine notionnel de Culioli, l’Intérieur strict p (en tant qu’ouvert, c’est-à-dire sans la Frontière) a, en principe, pour complémentaire l’Extérieur non-p + la Frontière (c’est-à-dire l’Extérieur en tant que fermé). On désigne alors le complémentaire par le symbole p’ » (GROUSSIER & RIVIÈRE 1996, 41).

10  Il s’agit dès lors de la situation présente par rapport au moment de locution (Sit1) (cf. GILBERT 1993, 68) ou moment d’énonciation rapporté.

11  Il faut prendre quantitatif et qualitatif au sens que leur donne CULIOLI (voir par exemple 1990, 94).

12  Ceci peut être noté de la manière suivante : T0 :T ≠ T0 (cf. GROUSSIER & RIVIÈRE 1996, 64, 191).

13  I comme Intérieur et E comme Extérieur : à partir de cette position, l’un comme l’autre sont envisageables (cf. schéma C).

14  Voir CULIOLI 1990, 162 à propos de la position (IE), et GROUSSIER & RIVIÈRE 1996 : 35 à propos du plan prémodal.

15  Voir l’introduction de S. Mellet : « la frontière notionnelle est d’épaisseur non-nulle. Ce n’est donc pas une ligne, un point de bascule immédiate entre A et non-A, mais un intervalle qui offre une certaine étendue […]. » Afin de faciliter la lisibilité du schéma, nous avons représenté les deux frontières sous forme de trait plutôt que d’intervalle dans le schéma C, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elles sont nécessairement vides.

16  Voir GUILLAUME (2011) pour une étude des divers cas de figure rencontrés au sein d’un corpus d’une centaine d’exemples authentiques.

17  En revanche, la représentation du plan prémodal (dimension quantitative) s’avère peu pertinente ici.

18  Voir CHUQUET 1984, 52.

19  Rappelons que nous ne nous intéressons pas aux cas dans lesquels will exprime exclusivement la volonté du sujet.

20  Voir note 1, p. 187.

21  Voir à titre de comparaison le schéma que propose G. RANGER afin de représenter l’opération associée à l’emploi du marqueur concessif aun/aùn en espagnol (2007, 13).

22  En l’absence de if, anything ne serait pas justifié dans un tel énoncé, c’est pourquoi nous le transposons en something lors de la représentation du domaine notionnel.

23  Pour des analyses d’exemples de concessives ne comportant pas even devant if, voir GUILLAUME (2011).

24  Dans le cas de l’exemple [11], on pourrait justifier l’emploi du modal par une valeur radicale de volonté, mais il nous semble tout de même qu’il ne s’agit pas là d’un emploi exclusivement radical.

25  On peut en effet construire le domaine notionnel d’une relation prédicative comportant une négation, auquel cas la négation correspond comme ici à l’Intérieur et non à l’Extérieur.

26  C’est-à-dire, neutre, dénué de toute marque de point de vue ; voir CULIOLI 1999 a, 127-143.

27  On peut consulter des exemples dans GUILLAUME 2006, 69.

28  Voir la note 1 ci-dessus concernant la valeur aoristique du présent.

29  . Par exemple : If it were okay with you, then you wouldn’t be having an affair with someone else. (=it’s not okay with you). « Si cela ne te dérangeait pas, tu n’aurais pas une liaison avec quelqu’un d’autre. »

30  On pourrait rapprocher cela du schéma de came (cf. CULIOLI 1985, 65 ; 78).

31  En anglais, on parlerait sans doute de tentativeness à propos de cet énoncé.

32  Dans la Théorie des Opérations Énonciatives, on parle de « modalité de rang un » en ce qui concerne la modalité du certain, tandis que l’échelle de l’ensemble des modalités comprend quatre rangs distincts (cf. CULIOLI 1985, 80 sq. ; GILBERT 1993, 93).

33  La modalité épistémique permet d’évaluer les chances de validation d’une relation prédicative, celle-ci pouvant s’avérer être possible, probable, nécessaire…

34  Dans les schémas que propose A. DESCHAMPS, auxquels nous avons déjà fait référence en ce qui concerne will, le modal may est le seul à être représenté par une bifurcation dont les deux branches restent tout aussi accessibles l’une que l’autre, sur les plans quantitatif et qualitatif (1999 ; 2001).

Haut de page

Table des illustrations

Légende A. — Représentation topographique du domaine notionnel (cf. Culioli 1985, 44 et Bouscaren et Chuquet 1987, 146).
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende B. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 5.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende D. — Forme schématique de will selon le système de représentation de la modalité en anglais d’A. Deschamps (1999 ; 2001).
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende E. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 6.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende F. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 7.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende G. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 8.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende H. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 9.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende I. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 10.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende J. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 11.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende K. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 12.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende L. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 13.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende M. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 15.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende N. — Application de la représentation du domaine notionnel au cas de l’exemple 16.
URL http://praxematique.revues.org/docannexe/image/1100/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume (2009/2011). Application du concept de Frontière à l’emploi de la modalité de visée dans certaines subordonnées en anglais. Cahiers de praxématique 53. PULM. P. 183-208.

Référence électronique

Bénédicte Guillaume, « Application du concept de Frontière à l’emploi de la modalité de visée dans certaines subordonnées en anglais », Cahiers de praxématique [En ligne], 53 | 2009, document 8, mis en ligne le 12 novembre 2013, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://praxematique.revues.org/1100

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillaume

Laboratoire B.C.L., Université Nice Sophia-Antipolis & CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page