Navigation – Plan du site
2

Dénomination, sens et référence dans une théorie des stéréotypes nominaux

Denomination, meaning and reference within a theory of stereotypes
Jean-Claude Anscombre
p. 43-72

Résumés

Ce texte pose le problème de la relation entre la référence et la signification, à la lumière du célèbre article de Putnam The Meaning of ‘Meaning’. Cet article s’inspire de l’examen des thèses discutées par Putnam et des solutions envisagées pour proposer une nouvelle théorie sémantique, la théorie des stéréotypes. Après avoir tracé les grandes lignes de cette théorie, l’article examine son application à divers problèmes : connecteurs, polysémie, morpho-sémantique.

Haut de page

Texte intégral

1. Problèmes de sens et de référence

  • 1 Cet article célèbre à juste titre est d’un abord difficile, à tel point que Putnam lui-même a tenu (...)

1Putnam (1975 1) pose le problème très général — et très redoutable — de la relation entre la référence et le sens d’une expression. De quoi s’agit-il plus précisément ? Afin de cerner au mieux ce problème, examinons les trois hypothèses suivantes :

2(H1) Les expressions (i.e. leurs occurrences) ont des caractéristiques qui relèvent en tout ou partie d’une combinatoire dite de surface : c’est ainsi qu’elles relèveront de la phonologique, de la morphologique, de la syntaxique, selon une classification d’ailleurs variable parce que dépendant de critères sujets à révision. On les appelle de surface parce qu’elles donnent en général lieu à des manifestations au moins partiellement tangibles.

  • 2 Remarquons qu’en principe, seules les occurrences d’une expression dans un énoncé sont susceptibles (...)
  • 3 Tout ceci est bien connu. Je rappelle cependant qu’une approche traditionnelle (mais non nécessaire (...)

3(H2) Outre ces caractéristiques, les expressions ont une certaine valeur, qui n’est pas de même nature que ces caractéristiques de surface, et bien difficile à définir. On ne la perçoit en effet qu’à travers ses conséquences. Ou plutôt, l’occurrence des expressions 2 donne lieu à certains phénomènes qu’il est habituel de considérer comme liés à l’apparition d’une telle valeur. Si par exemple j’énonceà l’adresse de Marie Tu es vraiment la reine de la tarte, il se pourrait qu’elle rosisse de plaisir, éventualité pratiquement exclue si je lui déclarais en revanche Tu es vraiment la reine des tartes. Or les structures de surface étant quasiment identiques, on attribue cette divergence de comportement à la « valeur » usuelle de ces énonciations. Mais ce choix n’a rien de nécessaire, et n’est obtenu qu’au prix d’hypothèses fortes, dont on pourrait très bien envisager de se passer. On convient d’appeler sens ce type de valeur attribuée aux énonciations. Deux remarques à ce propos : d’une part, (H2) est l’hypothèse fondatrice de la notion même de sémantique. D’autre part, les approches traditionnelles du sens ne distinguent pas la valeur de l’occurrence de l’expression et la valeur éventuelle de l’expression hors occurrence 3 — c’est en particulier le problème du sens dit littéral.

  • 4 En d’autres termes, les descriptions définies la licorne et le président de la République ont, en t (...)

4(H3) Nous sommes capables d’utiliser le langage pour parler du monde réel, ou du moins de ce que nous supposons être tel. Outre les limites proprement physiologiques de notre perception, on sait par ailleurs que nos sensations sont des réinterprétations corticales des perceptions. Les sensations sont des construits, et non des perceptions pures. Dire que nos paroles renvoient à ces perceptions (et ce de façon essentielle) est ce que l’on appelle la fonction référentielle du langage, et cette fonction référentielle est la même, que l’on parle du monde réel ou d’un monde imaginaire 4.

5L’immense majorité des linguistes admettrait sans difficulté le bien-fondé de ces trois hypothèses, et les théories sémantiques se séparent de fait sur le lien existant entre ces trois hypothèses, lien qui est constitué par la réponse aux deux questions fondamentales suivantes — qui ne sont d’ailleurs pas indépendantes :

6(Q1) Comment représenter le sens ?

7(Q2) La fonction référentielle fait-elle partie ou non du sens de façon permanente ?

  • 5 Cf. pour ces notions la note 2 supra.

8Avant de passer en revue un certain nombre de théories, je voudrais faire remarquer que la question (Q1) comporte une sous-question, à savoir celle qui consiste à se demander s’il faut distinguer la valeur sémantique propre d’une unité (la signification) et la valeur sémantique d’une de ses occurrences (le sensde l’occurrence). Répondre oui à cette question revient : a) À faire l’hypothèse d’une structure sémantique profonde ; b) À se poser la question, dans le cas d’une réponse affirmative à (Q2), de la présence d’une éventuelle ‘référence virtuelle’ en structure profonde, à mettre ou non sur le même plan que la ‘référence actuelle’ 5. (Q1) est cependant de moindre importance : elle ne concerne pas à proprement parler la nature du sens, mais plutôt le type de mécanisme interne à une théorie sémantique.

9Là où les théories se rejoignent — et parfois divergent — c’est dans leur réponse à la question (Q2), débat qui a alimenté de nombreuses controverses. (Q2) est en effet à comprendre au sens strict : Y-a-t-il dans le noyau dur du sens d’une expression des marques de sa fonction référentielle ?

10Il semble, si l’on parcourt l’histoire de la linguistique, qu’une réponse ait eu plus que toute autre la faveur des linguistes. On la trouve formulée de façon parfaitement explicite chez Strawson (1971) :

  • 6 Strawson critique dans ce passage la confusion que fait selon lui Russell entre la fonction sémanti (...)

… Donner la signification d’une expression, c’est donner des directives générales sur son utilisation pour référer à ou mentionner des individus ou des objets particuliers… donner la signification d’une phrase, c’est donner des directives générales sur son utilisation, dans l’élaboration d’assertions vraies ou fausses… (p. 18) 6.

11On peut résumer cette réponse comme suit :

12(R) a) Il faut distinguer le sens d’une expression et son référent. b) Le sens d’une expression est ce qui permet d’identifier le référent de cette expression. Le sens d’une expression est donc le mode de donation du référent de cette expression.

13Pour ce qui est de la définition de la signification de la phrase, on remarquera qu’il s’agit en réalité de la définition frégéenne. La signification d’une phrase est les conditions qui doivent être remplies pour que la phrase puisse être considérée comme vraie, et le référent d’une phrase est sa valeur de vérité. Strawson — via Frege — donne ainsi une définition unitaire du référent, valide aussi bien pour une expression que pour une phrase.

14Revenons à l’opposition entre sens et référent.

  • 7 Cf. Summulae Logicales, I.M. Bochenski, ed. Rome, 1947.

15(R) est en fait une position fort ancienne, et qui semble traverser toute la linguistique jusqu’à nos jours. On la trouve déjà chez les logiciens du Moyen-Âge, et tout à fait explicitement chez Pierre d’Espagne, qui, pour ce qui est du rapport entre les expressions linguistiques et la réalité extra-linguistique, distingue : a) La significatio(terme habituellement traduit par signification), rapport entre les mots et les représentations intellectuelles qui leur sont associées (on dirait aujourd’hui les concepts) ; et la suppositio (terme usuellement traduit par supposition, et qui correspond au référent), qui est cette fois le rapport qui unit le mot aux choses, aux objets extérieurs à la langue 7. Tous les mots ont une significatio, mais tous n’ont pas une suppositio, ce privilège étant réservé aux noms communs et aux noms propres. Par ailleurs, Pierre d’Espagne précise, de façon étonnamment moderne, que la suppositio n’est pas attachée à la seule matérialité d’une expression, mais bel et bien au couple formé par l’expression et sa significatio. En bref, la significatio précède la suppositio, ou encore, la suppositio est atteinte via la significatio : c’est donc déjà l’idée que le sens est le mode de donation du référent.

  • 8 C’est en grande partie sur la base des idées de Mill que Kripke (1972), a fondé sa théorie des dési (...)

16Cette façon de voir réapparaît, me semble-t-il, dans l’opposition que fait le logicien John Stuart Mill — dans son System of Logic (Londres, 1843) entre la dénotation (le référent) et la connotation (la signification). Il oppose ainsi les descriptions définies, qui désignent (= dénotent) un objet particulier au travers d’une propriété spécifique que la description définie connote, et qui est sa signification. Et les noms propres, qui n’ont selon lui, aucune signification — ils ne connotent pas, et qui, s’ils permettent de distinguer (i.e. de dénoter) un individu d’un autre, sont incapables de préciser en quoi ces individus diffèrent 8.

17Plus près de nous, et aussi mieux connu, le logicien allemand G. Frege fait une distinction tout à fait analogue lorsqu’il oppose ce que désigne une expression (Bedeutung) et la façon dont elle le désigne (Sinn). On retrouve là encore l’idée que le référent (= Bedeutung) est atteint au travers du sens (= Sinn). Frege remarque par ailleurs qu’il faut distinguer le référent et le sens : deux expressions peuvent avoir le même référent sans avoir le même sens. Ce phénomène apparaît en particulier dans lescontextes obliques, contextes dans lesquels deux expressions ayant même référent mais pas le même sens, ne sont pas substituables salva veritate, et dont voici un exemple, reposant sur le fait bien connu que Victor Hugo, l’auteur des Misérables, l’amant d’Adèle Foucher, sont des expressions ayant le même référent :

(1) Le concierge de la Place des Vosges sait que Victor Hugo est l’amant d’Adèle Foucher.
(2) Le concierge de la Place des Vosges sait que Victor Hugo est l’auteur des Misérables.

18Il est remarquable que rien de linguistique ne peut contraindre (1) et (2) a être simultanément vraies ou fausses pour un locuteur donné.

19Enfin, les distinctions faites par les penseurs ci-dessus ont été souvent rapprochées — à tort à mon avis — de la conception du signe telle qu’on la trouve chez Saussure. Rappelons que pour Saussure, la langue est un ensemble de signes, plus exactement un système de signes. Un signe se compose de deux faces, les bien connus signifiantet signifié et, précise Saussure, le signe ne relie pas un son et une classe d’objets, mais ce qu’il appelle une image acoustique et un concept. Dans l’optique de Saussure, là encore, le signifié ne se confond pas avec le référent, et si le signe réfère, ce ne peut être qu’au travers du signifié. Mais qu’est-ce donc que ce signifié ? Le signifié n’est pas un objet ou une liste d’objets, ce n’est donc pas ce que l’on appelle parfois une extension. Mais c’est une intension, c’est-à-dire une liste de propriétés : là réside l’originalité de Saussure, qui nous précise ce que sont ces propriétés :

… Nous surprenons donc, au lieu d’idées données d’avance, des valeurs émanant du système. Quand on dit qu’elles correspondent à des concepts, on sous-entend que ceux-ci sont purement différentiels, définis non pas positivement par leur contenu, mais négativement par leur rapport avec les autres termes du système. Leur plus exacte caractéristique est d’être ce que les autres ne sont pas (p. 162)… la partie conceptuelle de la valeur est constituée uniquement par les rapports et les différences avec les autres termes de la langue… (p. 163).

20Le signifié d’un signe comprendra par conséquent ce que l’on appelle des traits distinctifs, qui le caractérisent par rapport aux autres signes. Ce qui implique, d’une part, que certaines propriétés du référent n’apparaîtront pas dans le signifié : par exemple guimbarde implique [‑mammifère], mais ce trait n’apparaît pas dans le signifié. En revanche, guimbarde possède le trait [+péjoratif], qui l’oppose à voiture, et qui bien évidemment n’appartient pas au référent. C’est d’ailleurs pourquoi Saussure refuse de voir dans la langue une nomenclature de la réalité, un jeu d’étiquettes attribuées aux choses, et expulse ainsi la réalité hors de la langue, en conformité avec son projet général. De ce point de vue, Saussure occupe une position originale par rapport à une tendance générale qui voit dans le sens une donation du référent. Le sens dont parle Saussure sont ces caractéristiques des termes qui assurent le fonctionnement du discours. Elles ne sont pas — et ne peuvent par définition être — une extension, et donc définir un référent. C’est donc à tort, me semble-t-il, que l’on inscrit Saussure dans la lignée référentialiste qui part du Moyen-Âge (au moins), et passe par Frege avant d’aboutir aux théories contemporaines (ou du moins à beaucoup d’entre elles).

2. La position de Putnam

2.1. Le fond du problème

21Putnam part de la distinction que nous venons de voir entre sens et référence, et remarque que, depuis (au moins) le Moyen-Âge, les sémanticiens ont prétendu avoir découvert une ambiguïté derrière le concept de sens, et ont introduit pour la lever différentes paires de termes : (extension, intension), (Sinn, Bedeutung),… etc.., dont voici les définitions les plus courantes :

Dénomination :… la dénomination est le processus par lequel les mots (qui ne sont pas toujours des noms) sont affectés aux référents. Par extension, dénomination s’applique parfois au mot lui-même dans la mesure où il vise le référent… (La grammaire d’aujourd’hui, M. Arrivé, F. Gadet, M. Galmiche, Ed. Flammarion, s.v. dénomination).
Intension :… ensemble des propriétés sémantiquement pertinentes d’une unité lexicale… intension s’oppose à extension… (d°, s.v. intension).
Extension :… ensemble auquel réfère un terme dans un univers de discours donné au niveau de l’énoncé (il équivaut alors à référence)… (d°, s.v. extension).
Signification :… utilisé comme synonyme approché de valeur…signification est le plus souvent utilisé comme synonyme de sens… (d°, s.v. signification).

22Or, remarque Putnam, un des problèmes dont souffre la sémantique — et que la lecture des définitions ci-dessus aura peut-être fait pressentir — est que la notion de sens telle que nous l’utilisons souffre d’une ambiguïté liée à intension/extension, et ce bien souvent à notre insu. Considérons par exemple une phrase comme :

(3) Puisque Max a été sage, je vais l’emmener au cinéma.

23Et supposons qu’ayant prononcé (3), je me pose la question : Qui vais-je emmener au cinéma ? Il est clair que la réponse ‘normale’ sera Max. On peut se poser à ce propos la question de savoir si cette réponse est une réponse en extension ou en intension. On a l’impression que cette réponse participe des deux. En effet, dans la mesure où un nom propre est un désignateur rigide (il dénote mais ne connote pas), il renvoie ou semble renvoyer directement au référent. On peut cependant remarquer que la réponse est d’une certaine manière en intension, car le Max de la réponse est non pas Max en général, mais le Max mis en scène par l’énoncé, i.e. le Max détenteur de la propriété ‘avoir été sage’. Si donc du point de vue du référent, la personne que je vais emmener au cinéma est l’être du monde Max, le problème apparaît comme bien plus complexe du point de vue du sens ou de la signification.

24Par ailleurs, toujours selon Putnam, les notions elles-mêmes d’extension et d’intension sont problématiques. Ainsi l’extension de lapin semble clairement être l’ensemble des lapins. Mais même une notion en apparence aussi claire n’est pas exempte de problèmes. Tout d’abord, dans la mesure où l’extension d’un terme est l’ensemble des objets tels que le terme est vrai de chacun de ces objets, cette notion hérite du problème de la validité de la notion logique de vérité lorsqu’elle est transférée telle quelle à la linguistique. En effet, la logique, par le biais de la théorie des ensembles, permet de donner d’un ensemble deux sortes de définition : une définition en extension (la liste des objets considérés), et une définition en intension (par la propriété commune aux objets considérés). On peut par exemple définir l’ensemble des nombres pairs en extension, comme étant l’ensemble {2, 4, 6, 8, 10,..} ; ou en intension, comme étant l’ensemble des entiers divisibles par 2. Il se trouve que dans les mathématiques usuelles, on définit ainsi le même ensemble, alors que ce n’est pas le cas en langue. Ainsi, alors qu’un ensemble est oui-non (un objet appartient ou n’appartient pas à un ensemble), rien de tel pour les représentations en langue naturelle, fait bien connu : c’est en particulier le problème des phrases génériques typifiantes (non analytiques). Elles admettent en effet des exceptions sans pour autant cesser d’être génériques, ce qui empêche d’entrée d’assimiler en langue intension et extension. Par ailleurs, dans le cas de lapin, ce qui a une extension n’est pas à proprement parler un terme, mais une paire ordonnée formée d’une forme et d’un sens, et qui peut donc être distinguée d’une autre paire formée de la même forme mais avec un autre sens. Le problème d’une forme susceptible d’avoir plusieurs sens peut bien sûr être traité en termes de paires différentes, i.e. en définitive de mots différents. Ce qui suppose deux hypothèses qui demanderaient à être justifiées : d’une part que les différents sens d’un mot ou d’une forme sont discrets (c’est le problème de la polysémie) ; et d’autre part, que dans un état donné de la langue, ces différents sens sont fixés une fois pour toutes (problème d’un sens littéral invariant), les deux problèmes n’étant d’ailleurs pas indépendants.

25Quoi qu’il en soit, la doctrine traditionnelle responsable de l’ambiguïté extension/intension a des retombées tout à fait typiques. La plupart des philosophes étaient d’avis que les concepts étaient quelque chose de mental. La doctrine selon laquelle le sens d’un terme — i.e. son intension — était un concept conduisait donc à voir le sens comme une entité mentale, attitude dénoncée par Frege et plus près de nous par Carnap sous l’appellation de psychologisme. Se fondant sur l’intuition que le sens est une propriété publique — le même sens peut être saisi par différentes personnes — ils assimilèrent les concepts (et donc les intensions/sens) à des entités abstraites plutôt qu’à des entités mentales. Néanmoins, ‘saisir’ ces entités abstraites restait un acte psychologique : comprendre un mot (déterminer son intension) n’était donc rien d’autre que se trouver dans un certain état psychologique.

26 On peut donc dire, en résumé, que la tendance dominante en sémantique voit le sens comme la donation du référent d’une part, et comme à l’origine d’un concept d’autre part, dont l’appréhension correspond à un certain état psychologique. C’est ce que remarque Putnam : les diverses théories du sens reposent les affirmations qui ne semblent jamais avoir été remises en question :

27(S1) Appréhender le sens d’un terme revient à être dans un certain état psychologique.

28En effet, s’il est vrai que le sens d’un terme est l’intension de ce terme, et qu’il s’agit d’un concept, alors le sens est quelque chose comme une entité mentale — ou à la rigueur abstraite —, et appréhender ce sens se ramène à effectivement à être dans un certain état psychologique.

29(S2) Le sens d’un terme est la donation de son référent, ou, en d’autres termes, l’intension détermine l’extension. En particulier, l’identité de l’intension entraîne celle de l’extension. Deux termes ayant même sens ont même référent.

30Et Putnam de s’étonner du crédit largement accordé à cette hypothèse. En effet, ce que l’on constate effectivement, c’est que deux termes peuvent avoir la même extension, et différer en intension : c’est l’exemple que nous avons vu des termes L’amant d’Adèle Foucher et L’auteur des Misérables, deux termes aux intensions différentes pour la même extension, à savoir Victor Hugo. Tout ce que l’on peut en déduire, c’est que l’identité de l’extension n’entraîne pas nécessairement celle de l’intension. Or (S2) signifie en fait que l’identité de l’intension entraîne obligatoirement celle de l’extension. D’où vient ce glissement ? En fait, il semble que dès le Moyen-Âge, on ait plus ou moins implicitement considéré que le concept attaché à un terme était une conjonction finie de prédicats. Le concept fournissait alors une condition nécessaire et suffisante d’appartenance à l’extension. Pour des philosophes comme Carnap, qui acceptait la théorie de la vérifiabilité du sens, le concept correspondant à un terme fournissait un critère fort d’appartenance à l’extension, i.e. une façon de reconnaître si une entité donnée appartenait ou non à l’extension du terme. Remarquons que le structuralisme issu de Saussure raisonne de façon tout à fait analogue. L’ensemble des traits distinctifs qui constitue le sens d’un terme fonctionne effectivement comme une condition nécessaire et suffisante pour l’appartenance à l’extension. Pour appartenir par exemple à l’extension de homme, il est nécessaire et suffisant de posséder les deux traits [+bipède] et [-plume], pour prendre un exemple plaisant.

  • 9 Pour les lecteurs désireux d’en savoir plus, je renvoie à l’article de Putnam (1975), ainsi qu’à so (...)

31Poursuivant sa démonstration, Putnam s’emploie à démontrer que les deux assomptions (S1) et (S2) ci-dessus ne peuvent être satisfaites par aucune notion de sens. Pour le montrer, il se livre à une analyse très poussée des notions autour desquelles tourne ce problème très général du sens à savoir les notions de signification, d’intension et d’extension, et d’état psychologique (ou état mental). Partant de la prémisse que (S1) et (S2) sont simultanément valides, il va montrer qu’il en résulte une série de contradictions 9.

2.2. Signification, intension, et extension

32Arrivé à ce constat, Putnam en déduit immédiatement la validité du postulat :

33(P1) On ne peut conserver simultanément (S1) et (S2).
Il décide alors d’abandonner (S1), et de conserver (S2) :
(P2) L’intension détermine l’extension.
et ajoute un troisième postulat aux deux premiers :
(P3) Il faut distinguer la signification d’un terme (elle relève de la compétence linguistique) à l’intérieur d’une même communauté linguistique (c’est l’idée de savoir partagé) et l’intension de ce même terme (la description identifiante).

34D’après (P2), seule l’intension permet d’atteindre l’extension, et donc le référent. Par conséquent, la connaissance et la détermination du référent ne sont pas des problèmes linguistiques. Affirmation que Putnam illustre à l’aide d’un certain nombre d’exemples, dont celui de tigre. Alors que n’importe quel francophone domine l’usage linguistique de ce mot, les traits qu’en tant que locuteurs nous sommes capables d’attribuer au référent n’en forment pas une description identifiante (une intension). Il en est de même par exemple pour gas-oil : la grande majorité d’entre nous seraient capables de dire dans le meilleur des cas qu’il s’agit d’un combustible domestique issu du pétrole. Ce qui n’est pas une description identifiante du gas-oil, mais n’empêche nullement son utilisation correcte comme terme de la langue.

35Une conséquence importante de la démonstration de Putnam est qu’elle fait apparaître qu’on ne peut se contenter de l’opposition à deux termes entre intension et extension, et qu’on doit en fait lui substituer une opposition entre trois termes, à savoir signification, intension et extension. En d’autres termes, il faut distinguer la valeur sémantique associée à un terme, et qui dépend de l’usage linguistique qu’en fait un locuteur (c’est la signification, ou le sens) et la valeur sémantique du terme en tant que description identifiante (c’est l’intension). Et la plupart du temps, il y a une confusion entre ces deux valeurs, sous le nom précisément d’intension.

  • 10 Je rappelle ici pour mémoire que cette tripartition provient selon Putnam de la division de la tâch (...)

36Notons au passage que cette erreur est abondamment propagée par les dictionnaires, qui nous fournissent une valeur qui est une intension, et qu’elles illustrent à l’aide d’exemples où ne jouent en fait que des significations. On s’en rend compte au ridicule qu’il y aurait à prononcer une phrase comme J’ai soif, verse-moi donc un bon verre d’éthanol : le fait que le vin soit de l’éthanol (ou encore alcool éthylique) fait certes partie de l’intension du terme vin,mais non en général de sa signification au sens donné plus haut à ce terme. Putnam propose donc de distinguer ce qui avait été souvent confondu sous le même vocable d’intension, à savoir une espèce de signification générale (ce qu’il appelle parfois signification, et qui serait véritablement l’intension), et les valeurs sémantiques locales, qui reflètent l’usage d’un locuteur spécifique en tant que membre d’une certaine communauté linguistique 10.

2.3. La signification : de Putnam à la théorie des stéréotypes

37Si la signification n’est plus l’intension, comment alors la définir ?

38Putnam propose tout d’abord de ne pas définir la signification comme le fait de désigner un objet qu’on identifie avec la signification, et de se munir d’une forme normale de description de la représentation sémantique. Cette forme normale attachée à un terme sera une suite finie dont les composants comprendront entre autres : (1) des marqueurs syntaxiques ; (2) des marqueurs sémantiques (animal, période temporelle,…) ; (3) une description des traits additionnels du stéréotype ; (4) une description de l’extension. Tous les composants du vecteur représentent une hypothèse sur la compétence individuelle du locuteur, sauf pour ce qui est de l’extension. Dans le cas de eau — l’exemple est de Putnam lui-même — on aurait par exemple :

39(1) Marqueurs syntaxiques : nom massique, concret,…
(2) Marqueurs sémantiques : matière naturelle, liquide,…
(3) Stéréotype : Incolore, transparent, sans goût, désaltérant,…
(4) Extension : H20.

  • 11 Sur la position de Harris, cf. la mise au point de Leeman (1999).

40Remarquons que Putnam n’affirme pas que savoir que l’eau est H20 est imputable au locuteur en tant qu’individu, ni même à la société. Il prétend simplement que l’extension de eau est H20. Par ailleurs, les points (1) et (2) peuvent surprendre. En fait, ils signifient simplement que tout sujet parlant possède une certaine compétence — réelle ou imaginaire, vraie ou fausse — concernant sa propre langue, tant du point de vue syntaxique que sémantique. C’est l’idée que toute langue comprend sa propre métalangue, hypothèse développée d’un autre point de vue par Z. Harris 11. Le point intéressant ici est en fait le point (3) : il concerne en effet l’usage banal de la langue, c’est-à-dire précisément la signification. Alors que (4) relève très exactement de l’intension. Nous verrons plus loin quel type de propriétés linguistiques (et en particulier sémantiques) caractérise et différencie les niveaux (3) et (4). C’est ce point (3), le niveau stéréotypique, niveau qui régit le fonctionnement de la langue en tant que pratique de locuteurs individuels membres d’une communauté linguistique, qui fera maintenant l’objet d’un examen plus détaillé.

2.4. La notion de stéréotype chez B. Fradin

41Fradin (1984) s’intéresse au problème des reprises de type anaphorique d’un nom situé dans une proposition précédant la reprise. Pour analyser de tels phénomènes, il part de la notion de stéréotype de Putnam, qu’il réinterprète de la façon suivante :

42a) Pour les noms désignant des objets fabriqués, des substances ou des espèces naturelles, la signification ne fournit pas les indications nécessaires et suffisantes à l’identification des référents de ces noms.

43b) Les noms de ce type sont des désignateurs rigides, et ils se comportent donc comme des noms propres, désignateurs rigides par excellence, qui réfèrent sans décrire. De tels noms peuvent donc servir à référer à un objet, même si cet objet ne présente pas toutes les propriétés rassemblées sous la signification de ce N. C’est l’hypothèse d’une séparation radicale entre la signification et la référence : quand un terme réfère, c’est directement. La signification n’est plus le mode de donation du référent.

44c) La représentation sémantique qui est associée aux noms n’est donc pas conçue comme la conjonction d’un nombre fini d’éléments discrets et considérés comme des primitifs sémantiques, à l’instar de Katz, ou de structuralistes comme Greimas. Au contraire, il peut s’agir d’une suite non-finie de propriétés associées à un nom, et qui peuvent être éventuellement fausses ou contradictoires.

  • 12 Sur ce point, cf. la note 13 ici-même.

45Par ailleurs, B. Fradin propose de considérer le stéréotype comme non pas une suite finie d’éléments, mais comme une suite ouverte de phrases de la langue. Plus, le stéréotype sera non seulement une partie de la représentation sémantique, mais essentiellement un mode d’attribution de la signification, s’opposant ainsi à la définition. Un marqueur sémantique pourra éventuellement faire partie de la signification, et être donc de même nature que n’importe quelle autre phrase stéréotypique. En d’autres termes, la signification d’un mot pourra, pour un locuteur donné, comporter des phrases analytiques qui pour un autre locuteur, seraient une définition 12.

46On peut remarquer que Fradin étend et même modifie la définition de Putnam. Tout d’abord, les noms considérés par Putnam ne sont pas déclarés par ce dernier être des désignateurs rigides comme les noms propres, mais simplement être des désignateurs rigides quant à leur façon de référer. Ils peuvent par ailleurs posséder un ou plusieurs éléments de signification, alors que les noms propres ne connotent pas, et sont censés ne rien faire d’autre que dénoter. Enfin, B. Fradin n’utilise pas des traits, mais des phrases (et même des énoncés de la langue, précise-t-il), ce qui rapproche la notion de stéréotype de notions comme la délocutivité.

47Je laisserai de côté ici le problème de savoir de quelle façon les noms communs peuvent référer. L’hypothèse que je fais ici est que le rôle fondamental de la signification — ce qui donc détermine le fonctionnement linguistique d’un terme — n’est pas de référer. Ce que l’on peut encore exprimer en disant que s’il est vrai qu’il y a un niveau de fonctionnement référentiel, ce n’est ni le niveau le plus profond, ni le noyau dur de la fonction sémantique.

2.5. Éléments d’une théorie des stéréotypes

48Je voudrais jeter les bases d’une théorie sémantique qui serait une théorie des stéréotypes sur la base des idées de H. Putnam et B. Fradin. En d’autres termes, je me propose de décrire le sens (au sens vague) en utilisant comme outil de description une telle théorie, et exploitant en particulier la thèse de Fradin consistant à voir le sens comme un ensemble de phrases.

49Je ferai tout d’abord un certain nombre d’hypothèses, et avancerai certaines définitions :

50(T1) Tout locuteur d’une langue L dispose d’un certain lexique, i.e. d’une liste plus ou moins étendue de termes (éventuellement complexes) auxquels il attache ou est susceptible d’attacher un certain nombre de caractéristiques sémantiques — nous verrons plus loin lesquelles. J’appellerai l’ensemble des caractéristiques sémantiques attachées à un terme lasignification de ce terme, étant bien entendu que cette signification est relative au locuteur considéré. Ce point sera précisé plus loin. Lors de l’occurrence d’un terme, la partie de cette signification qui sera mise en jeu sera le sens du terme.

  • 13 La théorie que j’expose ici est donc compatible avec par exemple une hypothèse à la Putnam ou à la (...)

51(T2) Étant donné que la signification (et encore moins le sens) ne sont pas susceptibles de permettre l’identification du référent (ce ne sont pas des descriptions identifiantes), je ferai l’hypothèse que les potentialités référentielles ne sont pas à proprement parler un problème linguistique 13.

52Définition 1 : unecommunauté linguistiquesera tout ensemble de sujets parlants qui est présenté comme partageant (entre autres choses) la même liste de termes affectés des mêmes significations.

53Il est clair qu’il ne s’agit pas — en tous cas pas nécessairement — de communautés linguistiques réelles, mais présentées comme telles, et relatives donc aux circonstances d’énonciation. Un même sujet parlant peut donc faire partie de plusieurs communautés linguistiques à des moments différents où il est locuteur. Je ne me présente pas comme membre de la même communauté linguistique selon que je parle avec mon patron ou avec mon garagiste habituel. Enfin, ces communautés linguistiques ont généralement trait au(x) domaine(s) dont il est question dans la conversation, et pour qu’il y ait dialogue, elles doivent comporter une plate-forme commune minimale. Sinon — et en témoignent abondamment les débats politiques — chacun reste sur ses positions, et le « dialogue » n’est que la superposition de deux (ou plusieurs) monologues.

54(T3) Tout locuteur, lorsqu’il parle, i.e. dans son rôle de locuteur, parle en tant que membre d’une certaine communauté linguistique.

55Définition 2 : nous appellerons stéréotypeattaché à un terme une suite ouverte de phrases attachées à ce mot, chaque phrase étant pour le terme considéré une phrase stéréotypique. Par ailleurs, le stéréotype définit la signification du terme considéré.

  • 14 En français Les baleines sont des poissons. Le mot Walfisch est en effet formé sur Fisch = ‘poisson (...)

56Remarquons que je devrais normalement dire que le stéréotype est relatif à un sujet parlant. Tout sujet parlant possède dans son stock linguistique un certain nombre de phrases qui caractérisent à ses yeux la signification du terme considéré. Cette liste n’est pas nécessairement la même que celle de son voisin, et il peut lui-même être amené à la modifier. D’où la nécessité de caractériser une telle liste comme ouverte. Par ailleurs, quand nous parlons, nous parlons en tant que membre d’une communauté linguistique, et cette communauté peut varier selon les circonstances. On peut donc prévoir que certaines phrases stéréotypiques peuvent être antinomiques, ce qui n’est pas gênant tant qu’on ne les utilise pas toutes les deux dans une même énonciation. Ce point est particulièrement visible dans le domaine parémiologique : ainsi, la plupart d’entre nous connaissent et admettent comme également valides les phrases sentencieuses Qui ne risque rien n’a rien et On risque de tout perdre en voulant trop gagner, lesquelles phrases font très vraisemblablement partie du stéréotype de risque, bien qu’étant fortement antinomiques. Remarquons que, dans la mesure où le stéréotype représente la ou les idées conventionnellement attachées au terme, certaines des phrases stéréotypiques peuvent fort bien être erronées, voire carrément fausses. Ainsi l’exemple déjà vu Le soleil se (lève + couche), phrase stéréotypique fausse aux yeux de la science, mais vraie aux yeux de la communauté linguistique non scientifique. Autre exemple, l’allemand Walfisch = ‘baleine’, qui laisse supposer l’existence d’une phrase stéréotypique générique du type Die Walfische sind Fische 14, évidemment fausse d’un point de vue scientifique.

57Fonctionnement : lorsque nous parlons, nous utilisons des syntagmes nominaux. Le sens d’une occurrence d’un tel syntagme nominal correspond à l’activation d’un ou plusieurs énoncés stéréotypiques. On explique ainsi des exemples comme :

(4) Mon singe est (normal + *curieux) : il aime les bananes.
(5) Mon singe est (*normal + curieux) : il n’aime pas les bananes.
(6) C’était encore un jeune homme, mais son corps massif et ses cheveux poivre et sel lui donnaient l’air beaucoup plus âgé…

58Autre exemple, déjà plus compliqué :

(7) C’est un parisien, mais il conduit (*bien + mal) (dit par un parisien).
(8) C’est un provincial, mais il conduit (*bien + mal). (dit par un provincial).
(9) C’est un parisien, mais il conduit (bien + *mal) (dit par un provincial).
(10) C’est un provincial, mais il conduit (bien + *mal) (dit par un parisien).

59Exemple qui montre comment intervient la communauté linguistique dans la sélection des phrases stéréotypiques qui fondent les enchaînements.

60Enfin, des exemples comme :

(12) J’ai une belle collection de timbres, mais je n’ai pas d’album.
(13) Marie a une voiture, mais elle n’a pas le permis.
(14) Max a cherché, mais il n’a pas trouvé.

61s’expliquent aisément à partir des phrases stéréotypiques respectivement attachées à timbres, voiture, et chercher :

(15) On met les timbres dans un album.
(16) Il faut le permis pour conduire une voiture.
(17) Quand on cherche, on trouve.

62On peut remarquer que la façon dont les phrases stéréotypiques interviennent dans les énonciations est à rapprocher de la mise en place d’un thème, au sens habituel. Le thème est en effet présenté comme étant l’opinion d’une communauté linguistique à laquelle peut appartenir — mais non nécessairement — le locuteur. Dans le cas d’une phrase stéréotypique, le locuteur la présente comme le point de vue qu’il partage d’une communauté linguistique à laquelle il appartient. Remarquons que la phrase stéréotypique n’est pas à proprement parler énoncée. Elle est plutôt évoquée, mise en place, convoquée, un peu à la façon dont les proverbes sont convoqués pour appuyer un enchaînement ou un raisonnement.

63Je n’ai donc pas conservé l’hypothèse de Fradin selon laquelle les phrases stéréotypiques seraient des énoncés, et non des phrases. J’évite ainsi la contradiction qui pourrait surgir de la présence simultanée — s’il s’agissait toujours d’énoncés — d’éléments contradictoires. On ne peut énoncer à la fois une chose et son contraire — alors que rien n’empêche d’avoir à sa disposition, nous l’avons vu, deux phrases aux énoncés contradictoires.

64Dernier point enfin. Il importe de distinguer entre lestéréotype primaire, associé de façon stable au mot, du moins au sein d’une communauté linguistique donnée, et le stéréotype secondaire, attaché localement à l’occurrence d’un terme, et pouvant être en particulier induit par le contexte. En voici deux exemples, empruntés à Fradin (1984) :

(18)  ?Elle vit un rocher pointant au milieu de la clairière. Ce siège lui parut confortable.
(19) Elle s’assit sur un rocher pointant au milieu de la clairière. Ce siège lui parut confortable.
(20) Il enfonça un chiffon roulé en boule dans l’orifice du réservoir. Trois mois plus tard, il roulait encore avec ce bouchon de fortune.
(21) On lui a lancé un chiffon roulé en boule. Ce (projectile + *bouchon) l’a frappé à la figure.
(22) *Un rocher est un siège.
(23) *Un chiffon est un projectile.

  • 15 Sur ce point, cf. Anscombre (1994), et surtout (1995 : 74 et sq).
  • 16 Un problème intéressant, et qui n’a pas été étudié, est celui du statut des phrases analytiques lor (...)

65Ce phénomène est à rapprocher de la différence entre phrases génériques typifiantes a priori et phrases génériques typifiantes locales 15. Les premières sont présentées comme étant vraies pour tout locuteur (d’une communauté linguistique), les secondes n’ayant qu’une vérité locale, liée à un locuteur particulier. Avec les phrases stéréotypiques secondaires, le locuteur émet une opinion qui lui est propre, sans cependant nécessairement se démarquer de la communauté linguistique à laquelle il se présente comme appartenant. Notons au passage que si on voulait représenter l’intension dans une telle perspective, elle serait constituée par un ensemble de phrases analytiques, qui n’ont pas les mêmes propriétés que les phrases typifiantes a priori ou locales, nous le verrons plus loin 16.

3. Quelques applications de la théorie des stéréotypes

66Je vais maintenant montrer sur un certain nombre de problèmes de différentes natures que la théorie des stéréotypes telle que je viens de l’esquisser possède un pouvoir explicatif qui ne me paraît pas négligeable.

3.1. Stéréotypes et problèmes de connecteurs

67Nous avons rapidement évoqué ci-dessus le cas illustré en (12) et (15) :

(12) J’ai une belle collection de timbres, mais (? ? j’ai un + je n’ai pas d’) album.
(15) Timbre : On met les timbres dans un album.

68Nous allons en détailler un autre, à savoir :

(24) Max est marié, mais (? ? il a des + il n’a pas d’) enfants.

  • 17 Cet exemple pose au passage le redoutable problème de la conservation d’une phrase stéréotypique au (...)

69Il s’agit d’expliquer dans cet exemple le rôle de filtre que semble jouer mais par rapport aux différents enchaînements possibles. Si l’on admet que d’une façon générale, ce type de mais exige une opposition sémantique entre les deux membres qu’il conjoint, l’hypothèse d’une phrase stéréotypique comme (25) attachée à mariage ou à marier 17 explique alors (24) sans problème.

(25) Mariage : On se marie pour avoir des enfants.

70Notons que Max est marié, mais il a des enfants n’est pas impossible. Il suffit pour la rendre possible d’imaginer un contexte où parlant des gens mariés qui n’ont pas d’enfants, on évoque le cas particulier de Max. On aurait alors activé une phrase stéréotypique locale On ne se marie pas pour avoir des enfants permettant un tel énoncé. Le fait que la phrase stéréotypique ‘normale’ (25) soit quelque peu contraire à cette locale n’est pas gênant, puisque dans ce cas (25) n’est pas activée. Dernière remarque : l’exemple de (24) montre qu’il n’y a pas de contexte zéro, et que le contexte zéro est en fait le contexte stéréotypique (primaire). Notons enfin que ce type de stéréotype permet de toucher du doigt un possible point de jonction entre linguistique et sociologie. L’origine de la phrase stéréotypique (25) est en effet on ne peut plus claire.

3.2. Problèmes de polysémie

71Considérons maintenant le petit problème de polysémie illustré par les deux exemples ci-après, et que j’emprunte à Gross (1996 : 10) :

(26) L’écolier a effacé les graffiti.
(27) L’écolier a effacé le tableau.

72Bien entendu, on peut traiter ce problème en supposant une polysémie. Il y aurait deux verbes effacer, à savoir : effacer1 (x) = ‘supprimer ce qui est écrit ou dessiné sur x’, et effacer2 (x) = ‘supprimer x’. C’est d’ailleurs la solution retenue par Gross. Elle a l’avantage de la simplicité, mais présente l’inconvénient de gonfler le lexique d’une part, et de ne pas faire le lien entre les deux sens d’autre part. Il me semble que la théorie des stéréotypes permet une solution plus satisfaisante. D’une part, on étendrait la théorie des stéréotypes aux verbes. Derrière des verbes comme dessiner, écrire,…, il y aurait des phrases stéréotypiques du type de On écrit x sur y/On dessine x sur y. Et x prendrait ses valeurs dans un ensemble comme {lettre, devoir, solution,…} dans le cas de écrire, et {dessin, figure géométrique, graffiti,…} dans le cas de dessiner ; et y dans un ensemble comme {tableau, papier, ardoise,…} dans les deux cas. Il n’y aurait alors qu’un seul verbe effacer : pour pouvoir dire effacer a, il faudrait que a apparaisse comme x ou y dans des phrases stéréotypiques du type ci-dessus. On explique ainsi (26) et (27). Cette façon de procéder n’est pas ad hoc, car elle permet d’aller plus loin, et en particulier de prévoir les faits suivants :

(28) L’écolier a effacé les exemples.
(29) ? L’écolier a effacé le mur.
(30) Après avoir dessiné des graffiti, l’écolier a dû effacer le mur.

73Si (28) est normal, c’est parce que exemple a toutes les chances de figurer en tant que x dans la phrase stéréotypique relative à écrire. Et si (29) est quelque peu bizarre — sans être totalement exclu, c’est que dans le stéréotype de mur il n’est généralement pas fait allusion à un emploi comme support scriptural. Sauf si, comme dans (30), et au travers de l’usage de dessiner, on convoque la phrase stéréotypique On dessine des graffiti sur un mur, laquelle autorise alors l’emploi de effacer conformément à la règle énoncée.

3.3. Éléments de morpho-sémantique

74J’évoquerai pour terminer le traitement de problèmes qui relèvent du champ de la morpho-sémantique, et qui montrent que la dérivation morphologique ne peut être traitée comme un simple problème formel. Je commencerai par faire un détour obligé par la notion de phrase générique : on aura en effet remarqué que parmi les phrases stéréotypiques figure un nombre très élevé de phrases génériques.

3.3.1. Les phrases génériques : définition et propriétés

75Voici quelques exemples de phrases génériques couramment utilisées en linguistique :

(31) Les chats chassent les souris.
(32) Les baleines sont des mammifères.
(33) Les chats sont égoïstes.
(34) Les linguistes sont bizarres.
(35) La voiture électrique est le véhicule du futur.
(36) Les singes aiment les bananes.

76Traditionnellement, une phrase est générique (ou donne lieu à une interprétation générique) si elle possède (si son interprétation possède) les propriétés suivantes :

77a) Elle est vraie (ou est du moins présentée comme telle).
b) Elle n’est pas événementielle, mais dénote une propriété stable dans le temps (on dit alors qu’elle est gnomique).
c) Elle caractérise une classe d’éléments ou d’entités par une propriété stable.

78Dans le cas de (1) par exemple, la classe entière des chats est caractérisée par la propriété ‘chasser les souris’ prédiquée de ses éléments.

79Pour des raisons qui ne nous concernent pas directement ici, les philosophes et les linguistes ont distingué différents types de phrases génériques. Pour ma part, j’utiliserai la distinction entre phrases génériques nécessairement vraies (phrases génériques analytiques), généralement vraies (typifiantes a priori), et synthétiques (typifiantes locales). Voici un exemple (intuitif) de chaque cas :

(32) Les baleines sont des mammifères (type I).
(36) Les singes aiment les bananes (type II).
(35) La voiture électrique est le véhicule du futur (type III).

80Je vais maintenant montrer que certaines des propriétés des phrases génériques peuvent être utilisées dans l’explication de phénomènes de morpho-sémantique.

81(G1) Existence de possibles exceptions : les phrases de type II et III admettent des exceptions, sans jamais cesser d’être génériques, jamais le type I, comme le montrent les exemples :

(37) *Moby Dick est une baleine, mais ce n’est pas un mammifère.
(38) Cheetah est un singe, mais elle n’aime pas les bananes.
(39) La Twisto est une voiture électrique, mais c’est loin d’être le véhicule du futur.

82(G2) La possibilité de SN spécifiques : seules les phrases de type III (les génériques synthétiques ou typifiantes locales) peuvent donner lieu à des SN spécifiques.

(40) *Tu vois cette baleine ? Eh bien, c’est un mammifère.
(41) *Tu vois cette voiture ? Eh bien, elle a quatre roues.
(42) Tu vois cette voiture électrique ? Eh bien, c’est le véhicule du futur.

3.3.2. Application à la morpho-sémantique

83Je rappelle que selon les grammaires, la morphologie est l’étude de la forme des mots, en particulier pour ce qui est de la flexion et de la dérivation lexicales.

84Définition 1 : une propriété P est essentielle pour une classe C si la phrase Les x sont P est vraie (et donc générique) sur C.

  • 18 On pourrait s’étonner de voir que ces définitions ne semblent en apparence pas faire la différence (...)

85Définition 2 : une propriété P est accidentellepour C si la phrase Certains x sont P est vraie sur C (la phrase Les x sont P ne l’étant évidemment pas) 18.

86Définition 3 : une propriété P est intrinsèqued’une entité I si elle est constitutive de I. Sinon, elle est extrinsèque.

  • 19 Je n’entre pas dans les détails. Pour les justifications théoriques, on se reportera à Anscombre (1 (...)

87Définition 4 : les propriétés intrinsèques essentielles d’une classe sont représentées par les phrases génériques analytiques ou typifiantes a priori 19, les différentes possibilités étant illustrées par l’échantillon ci-après :

(43) Max est maladif depuis toujours (intrinsèque particulière).
(44) Les anglais connaissent bien la Riviera (extrinsèque essentielle).
(45) Les nordiques sont blonds (intrinsèque essentielle).
(46) Certains hommes ont un seul rein (intrinsèque accidentelle).
(47) Certaines familles possèdent plusieurs voitures (extrinsèque accidentelle).

88Une conséquence importante de la définition ci-dessus, et de la propriété (G2), est que seule une propriété intrinsèque accidentelle peut être prédite d’un SN spécifique, jamais une propriété intrinsèque essentielle.

(48) ? ? Ce nordique est blond.
(49) Cet anglais connaît bien la Riviera.
(50) Cet homme a un seul rein.
(51) Cette famille possède plusieurs voitures.

89a) Quelques problèmes liés au préfixe négatif in-

90Selon la définitionde la Grammaire française de Togeby :

… Les deux préfixes négatifs in- et anti- s’ajoutent uniquement à des noms (substantifs et adjectifs)… in- se joint surtout à des adjectifs… (1985, t. V, p.15).

91Or cette « explication » se heurte à différents problèmes, en particulier les suivants :

92a) Il y a des adjectifs en in- sans contre-partie positive (ce qui marque les limites de la conception classique de la morphologie). C’est par exemple le cas pour les doublets :(*barbe/imberbe), (*mense/immense), (*colore/incolore), (*odore/inodore), (*forme-/informe),… etc.

93b) Certains doublets présentent un comportement étrange, par exemple : (habituel, inhabituel)/(*solite, insolite), pour ne citer qu’un cas parmi d’autres.

94Pour traiter ces problèmes, nous nous appuierons sur le fait que les deux propriétés (G1) et (G2) vues plus haut nous conduisent aux deux règles ci-après :

95(R1) On ne peut prédiquer d’une entité une propriété intrinsèque essentielle (= qui vient d’une phrase générique analytique ou typifiante a priori).

96(R2) On peut dire d’une entité qu’elle ne correspond pas à la norme de sa classe d’appartenance (= elle est a-normale, exceptionnelle), sauf si cette norme provient d’une phrase analytique.

  • 20 Je signale au passage qu’aucune langue à ma connaissance ne possède de mot signifiant infini et qui (...)

97Une fois admises ces prémisses, on observe que notre perception est ainsi faite que pour nous n’a le statut d’objet qu’une entité qui est de dimensions finies, et pourvue d’une forme, d’une couleur, et d’une odeur. En d’autres termes, le fait d’avoir une couleur, une odeur, une forme et des dimensions sont autant de propriétés intrinsèques essentielles des objets 20. Il ne peut donc exister d’adjectifs comme colore, odore, forme, ou mense, puisque leur existence contreviendrait à la règle (R1) ci-dessus. Mais selon cette fois (R2), il peut exister des objets qui font exception, i.e. ne possèdent pas une ou plusieurs de ces propriétés intrinsèques essentielles. Autrement dit :

(52) Certains objets n’ont pas (de dimensions + de couleur + d’odeur + de forme) → (immense + incolore + inodore + informe).

98Passons maintenant au problème du doublet (habituel, inhabituel)/ (*solite, insolite). Une première remarque est que inhabituel et insolite semblent certes interchangeables dans certains contextes :

(53) Le meuble se trouve à un endroit (inhabituel + insolite).
mais ne sont pas synonymes, puisqu’on peut dire sans contradiction :
(54) Le menu habituel de ces repas était très insolite.

99Or l’exemple (54) nous fait précisément toucher du doigt la différence entre les deux adjectifs étudiés. Inhabituel signifie en effet ‘non conforme à l’habitude’, alors que insolite signifie ‘non conforme à la nature’, i.e. à cette habitude particulière qu’est l’essence des entités. Même si tous les chats de mon quartier se trouvaient ne posséder que trois pattes, ils n’en seraient pas moins insolites en tant que chats, tout en étant habituels en tant qu’à trois pattes. Si donc l’adjectif solite existait, il permettrait de dire d’une propriété possédée par une entité particulière qu’elle est intrinsèque essentielle. Ce qui n’est pas possible selon (R1), et explique donc qu’on n’ait pas d’adjectif solite.

100b) Les composés N1 à N2

  • 21 On trouvera une liste de ces composés dans Anscombre (1999).

101Ces composés sont de deux types :une série d’animés, peu productive, et comportant une trentaine de termes 21 ; une série d’inanimés, très prolixe, dont cuillère à sucre, robe à fleurs, verre à vin, patins à roulettes, moulin à café, chaudière à gaz, moteur à essence, bateau à voiles, etc.

102Je vais m’intéresser ici aux conditions régissant l’existence d’un tel composé.

103Règle : un composé N1 à N2 n’est possible (entre autres conditions) que si N1 et N2 sont reliés par une phrase Certains N1 V N2, et que si la propriété représentée par N2 est une propriété intrinsèque (accidentelle, donc) de N1.

104Les exemples suivants se passent de commentaires, car ils reposent tous sur l’application de la règle (R1) :

(55) Les avions ont des ailes > *un avion à ailes
(56) Certains avions sont à géométrie variable (mais pas tous) > un avion à géométrie variable
(57) Certains moulins fonctionnent avec (l’eau + le vent) > un moulin à (eau+vent)
(58) Les voitures fonctionnent grâce à un moteur > *une voiture à moteur
(59) Certaines voitures fonctionnent grâce à un moteur à alcool > une voiture à moteur à alcool

105Une propriété intrinsèque peut devenir accidentelle si elle se manifeste sous une forme exceptionnelle (c’est une forme de la règle (R2)) : ainsi, tout homme peut avoir une barbe, mais tout homme n’est pas susceptible d’en avoir une qui soit abondante, d’où :

(60) Les hommes ont de la barbe > *un homme à barbe
(61) Un homme à la barbe abondante.
(62) L’empereur à la barbe fleurie
(63) Certaines femmes ont de la barbe > une femme à barbe

106Les deux exemples suivants montrent que si la propriété n’est pas intrinsèque, constitutive de l’entité envisagée, c’est avec qui sera préféré à à :

(64) Certains avions ont une hôtesse de l’air > un avion (*à + avec) hôtesse de l’air.
(65) Certaines voitures ont un bar > une voiture (*à + avec) bar

107On pourrait nous objecter que selon nos règles, on ne devrait pas pouvoir former arbre à fleurs — qui existe bel et bien — puisque tous les arbres ayant des fleurs (plus ou moins belles et visibles) par nature, la phrase Les arbres ont des fleurs dénote par conséquent une propriété intrinsèque essentielle. En fait, ce n’est pas une telle phrase générique qui est à la base de arbre à fleurs, mais plutôt Certains arbres sont cultivés pour leurs fleurs, qui correspond d’ailleurs mieux pour le sens, et qui dénote une propriété également intrinsèque mais cette fois accidentelle.

4. Retour sur la référence et conclusion

108On voit donc sur ce bref aperçu les avantages de la théorie des stéréotypes que je tente d’édifier. Elle permet de traiter des phénomènes relevant de champs différents — anapahores associatives, connecteurs, morpho-sémantique — à partir des mêmes outils, à savoir les phrases génériques et leurs propriétés linguistiques. Il s’agit là de problèmes purement linguistiques, ce qui pose immédiatement le problème de la place de la référence dans un tel édifice. Pour ma part, j’adopterai volontiers une attitude à la Putnam. À savoir que je différencierai radicalement la référence et la signification. Je m’explique. Il me semble qu’une partie non négligeable du problème vient d’une erreur de raisonnement au départ. À savoir que des deux affirmations indiscutables pour l’immense majorité des linguistes La langue signifie et La langue référe, on en a tiré, par une espèce de transitivité à rebrousse-poil, signifier = référer. Or il existe une autre possibilité, celle à laquelle justement Putnam adhère, et qui est que les deux fonctions de signification et de référence soient distinctes. En d’autres termes, qu’en disant Il est joli ton mouton je puisse référer à une certaine entité du monde réel ne me renseigne en rien sur le fonctionnement en discours du terme mouton. Une fois admis ce point, il reste cependant à préciser comment se constitue ce niveau. Pour Putnam, les noms qu’il considère — i.e. des noms de ‘substances’ — sont des désignateurs rigides, un peu à l’instar des noms propres. Mais ce ne sont des désignateurs rigides comme les noms propres que pour ce qui est de leur façon de référer. Ils ne sont pas complètement assimilables à des noms propres, puisqu’ils peuvent par ailleurs posséder un ou plusieurs éléments de signification, alors que les noms propres ne connotent pas, et sont censés ne rien faire d’autre que dénoter. Cette potentialité référentielle par désignation rigide est due, rappelons-le, d’une part à l’utilisation de la méthode ostensive pour communiquer l’usage d’un terme, et qui à consiste à désigner l’objet en disant Ceci est de l’eau/de l’or, Ceci est un lapin/un tigre,… etc. Et d’autre part, à l’idée de Putnam selon laquelle dire par exemple qu’une matière est de l’eau c’est dire que la matière dont on est en train de parler est dans la relation même avec la matière appelée eau du monde réel. En d’autres termes, c’est faire de noms de substances comme eau des désignateurs rigides pour ce qui est du moins de leur capacité à renvoyer à des entités « réelles ».

109Qu’en est-il de la dénomination dans une telle perspective ? Si l’on admet la définition que j’ai mentionnée plus haut, et selon laquelle la dénomination est le processus par lequel les mots sont affectés aux référents, il devient alors facile de caractériser les deux principales positions que nous avons évoquées ici :

110a) Dans les optiques à la Frege, i.e. bon nombre de théories sémantiques contemporaines, le sens est la donation du référent. En d’autres termes, la dénomination se fait par le biais d’une description du référent.

111b) Dans une optique à la Putnam, la référence se fait par désignation rigide. Ce qui revient à dire, en simplifiant, que la dénomination est quelque chose comme une monstration.

112Dans le premier cas, le lien entre le sens et la référence est on ne peut plus clair. Dans le second cas, la question de ce lien se pose effectivement — bien qu’à ma connaissance, Putnam n’ait pas abordé ce problème. Elle se résume à savoir si on doit soutenir l’hypothèse d’un passage entre le niveau référentiel (non linguistique) et le niveau linguistique du fonctionnement sémantique. Postuler l’absence totale de ‘ponts’ se heurte à l’existence de phrases génériques comme Les voitures ont quatre roues. Postuler un passage automatique se heurte cette fois à des phrases comme Les singes mangent des bananes, parfaitement fausse : seules certaines espèces de singes sont bananophages. Il y a donc là un nouveau champ à explorer : quelles conditions doivent être remplies pour que d’un fait général découle une phrase générique ?

Haut de page

Bibliographie

Anscombre J. C., 1994, « L’insoutenable légèreté morphologique du préfixe négatif in- dans la formation d’adjectifs », Linx, numéro spécial, Pierre Attal éd., Université de Paris X-Nanterre, 299-321.

Anscombre J. C., 1994, « Proverbes et formes proverbiales : les marques d’une certaine évidentialité », in Langue française, n° 102, 95-107. Lexique, n°11, 111-145.

Anscombre J. C., 1995, Théorie des topoï, J. C. Anscombre éd., Ed. Kimé, Paris.

Anscombre J. C., 1995-1996, (paru 1997) « La semántica y las frases genéricas : viejos problemas y nuevos enfoques », Cuadernos de filología francesa, n° 9, 7-22.

Anscombre J. C., 1998, « Regards sur la sémantique française contemporaine », Langages, 32, n° 129, 37-51.

Anscombre J. C., 1999, « Le jeu de la prédication dans certains composés nominaux », Langue française, n°122, 52-69.

Anscombre J. C., à paraître, « La généricité ou la logique de la langue », in Hommage à Michel Galmiche.

Fradin B., 1984, « Anaphorisation et stéréotypes nominaux », Lingua, n° 64, 325-369.

Frege G., 1971, Écrits logiques et philosophiques, Seuil, Paris.

Gadet F., 1987, Saussure. Une science de la langue, Coll. Philosophies, PUF, Paris.

Galmiche M., 1983, « L’utilisation des articles génériques comme mode de donation de la vérité », Linx, n° 9, 29-88.

Greimas A., 1966, Sémantique structurale, Larousse, Paris.

Gross G., 1996, Les expressions figées en français, Ophrys, Paris.

Katz J. J., Postal P. M., 1973, Théorie globale des descriptions linguistiques, Coll. Repères, Mame, Paris.

Kiefer F., 1974, Essais de sémantique générale, Coll. Repères, Mame, Paris.

Kleiber G., 1978, « Phrases et valeurs de vérité », in La notion de recevabilité en linguistique, ed. R.Martin, Klincksieck, París, 21-65.

Kleiber G., 1988, « Phrases génériques et raisonnement par défaut », Le français moderne, 56, n° 1/2, 1-15.

Kleiber G., 1994, « Anaphore associative, antécédent et définitude », Recherches linguistiques XIX, C. Schnedecker, M. Charolles, G. Kleiber, J. David éds., Klincksieck, Paris, 153-173.

Kripke S., 1981[1972], Naming and Necessity, Harvard University Press, Cambridge, Massachusetts.

Leeman D., 1999, « L’unité lexicale dans la perspective harrissienne », Linx, n° 40, 117-136.

Milner J. C., 1978, De la syntaxe à l’interprétation, Éd. du Seuil, Paris.

Milner J. C., 1982, Ordres et raisons de langue, Éd. du Seuil, Paris.

Putnam H., 1975, « The meaning of ‘meaning’« , Philosophical Papers, vol. 2, Cambridge University Press, 215-271.

Putnam H., 1990, Représentation et réalité, Coll. Nrf Essais, Éd. Gallimard, Paris.

Saussure F. de, 1965, Cours de linguistique générale, Éd. Payot, Paris.

Strawson P.F., 1971, Études de logique et de linguistique, Seuil, Paris.

Haut de page

Notes

1 Cet article célèbre à juste titre est d’un abord difficile, à tel point que Putnam lui-même a tenu à en commenter certains points dans Putnam (1990 [1988]). Ce qui suit est donc ma propre lecture de cet article, et n’engage que moi.

2 Remarquons qu’en principe, seules les occurrences d’une expression dans un énoncé sont susceptibles de référer, et que sauf indication contraire, il faudra ici comprendre ‘occurrence d’une expression’ à chaque emploi de ‘expression’. Je ne reprendrai donc pas à mon compte ici la distinction que fait Milner ; 1982, entre la référence actuelled’une unité lexicale — i.e. le segment de réalité auquel renvoie l’occurrence de cette unité dans une séquence ; et la référence virtuellede cette même unité — à savoir les conditions que doit satisfaire un segment de réalité pour pouvoir être la référence d’une occurrence de l’unité lexicale en question. Je laisserai également de côté la question de savoir si le rapprochement qu’opère Milner entre la distinction référence actuelle/référence virtuelle et l’opposition frégéenne Bedeutung(référent)/Sinn (sens) est justifiée ou non. Je m’intéresse exclusivement ici non pas à la nature du mécanisme de la référence, mais à la question tout aussi importante de savoir si le sens est lié ou non de façon constitutive à la référence.

3 Tout ceci est bien connu. Je rappelle cependant qu’une approche traditionnelle (mais non nécessaire) en linguistique consiste à ramener l’ensemble des manifestations liées aux occurrences à des caractéristiques des expressions hors occurrence (la « structure profonde »), moyennant l’établissement de mécanismes permettant de passer des unes aux autres. Les théories par exemple sémantiques se différencient donc selon deux grands axes : hypothèse ou non d’une structure profonde, et nature de la structure profonde. C’est à ce dernier niveau que se pose le problème du sens littéral, opposé en particulier au sens instructionnel.

4 En d’autres termes, les descriptions définies la licorne et le président de la République ont, en tant que descriptions définies, le même comportement linguistique, bien que l’une renvoie à un monde ‘imaginaire’ et l’autre au monde ‘réel’. Remarquons cependant que si le référent réel peut être considéré comme une entité perceptuelle, il n’en est pas de même pour un référent imaginaire. Ce qui montre à tout le moins qu’une telle notion de référent est loin d’être claire.

5 Cf. pour ces notions la note 2 supra.

6 Strawson critique dans ce passage la confusion que fait selon lui Russell entre la fonction sémantique des phrases et des expressions et la fonction sémantique des usages des phrases et des expressions. Strawson préconise donc de distinguer la signification d’une expression et le sens d’une de ses occurrences.

7 Cf. Summulae Logicales, I.M. Bochenski, ed. Rome, 1947.

8 C’est en grande partie sur la base des idées de Mill que Kripke (1972), a fondé sa théorie des désignateurs rigides.

9 Pour les lecteurs désireux d’en savoir plus, je renvoie à l’article de Putnam (1975), ainsi qu’à son propre commentaire sur le sujet, dans Putnam (1990), op. cit., essentiellement le chap.II.

10 Je rappelle ici pour mémoire que cette tripartition provient selon Putnam de la division de la tâche linguistique. Pour Putnam, toute communauté linguistique possède des termes tels que les critères associés à l’identification objective du référent ne sont connus que d’un sous-groupe seul.

11 Sur la position de Harris, cf. la mise au point de Leeman (1999).

12 Sur ce point, cf. la note 13 ici-même.

13 La théorie que j’expose ici est donc compatible avec par exemple une hypothèse à la Putnam ou à la Fradin d’une référence qui se ferait sur le mode de la désignation rigide. C’est-à-dire directement, sans que la signification intervienne comme mode de donation de ce référent.

14 En français Les baleines sont des poissons. Le mot Walfisch est en effet formé sur Fisch = ‘poisson’.

15 Sur ce point, cf. Anscombre (1994), et surtout (1995 : 74 et sq).

16 Un problème intéressant, et qui n’a pas été étudié, est celui du statut des phrases analytiques lorsqu’elles tombent dans le domaine commun. Restent-elles analytiques, ou deviennent-elles alors typifiantes a priori ?

17 Cet exemple pose au passage le redoutable problème de la conservation d’une phrase stéréotypique au travers de la dérivation morphologique.

18 On pourrait s’étonner de voir que ces définitions ne semblent en apparence pas faire la différence entre par exemple ‘essentielle pour un locuteur spécifique’ et ‘essentielle pour une communauté linguistique’. Cette distinction se lit en fait automatiquement sur les propriétés linguistiques des phrases.

19 Je n’entre pas dans les détails. Pour les justifications théoriques, on se reportera à Anscombre (1995-1996, 1999, à paraître).

20 Je signale au passage qu’aucune langue à ma connaissance ne possède de mot signifiant infini et qui ne soit pas dérivé du mot signifiant fini.

21 On trouvera une liste de ces composés dans Anscombre (1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anscombre, J.-C. (2001) Dénomination, sens et référence dans une théorie des stéréotypes nominaux. Cahiers de praxématique 36. Montpellier : Pulm. 43-72

Référence électronique

Jean-Claude Anscombre, « Dénomination, sens et référence dans une théorie des stéréotypes nominaux », Cahiers de praxématique [En ligne], 36 | 2001, document 2, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://praxematique.revues.org/304

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Anscombre

CNRS (LLI), EHESS (CELITH)
(CELITH@ehess.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • Revues.org