Navigation – Plan du site

Pour une conception lexicologique de la dénomination

Denomination considered from a lexical perspective
Gérard Petit
p. 93-115

Résumés

La dénomination est une propriété fondamentale de l’unité lexicale. La lexicologie paradoxalement n’a jamais ou peu cherché à la conceptualiser, s’en remettant généralement aux propositions formulées par la sémantique et héritées de la logique des classes. Une approche empirique démontre pourtant que cette propriété n’est pas spécifique aux substantifs, et que parmi ces derniers tous n’y satisfont pas. Il convient plutôt de l’envisager comme une modalisation, un chemin d’accès au référent, différencié selon les strates du lexique.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Irène Tamba pour sa lecture d’une première version de ce texte et ses remarques.

  • 1 Elle était toutefois impliquée dans sa thèse de 1981 (Kleiber 1981).
  • 2 Nous adopterons ici une conception restreinte du lexique qui ne concerne que les unités référentiel (...)

1L’introduction de la notion de dénomination dans le champ de la sémantique est récente. On la doit à l’article de G. Kleiber (1984) Dénomination et relations dénominatives 1, lequel — on peut le regretter — n’a pas suscité l’intérêt des lexicologues. La dénomination, telle que définie sur le plan sémantique, intéresse pourtant une des propriétés caractéristiques et définitoires de l’unité lexicale 2 (désormais UL) : référer de manière stable et récurrente à un segment de réalité type :

Pour que l’on puisse dire d’une relation signe <——> chose qu’il s’agit d’une relation de dénomination, il faut au préalable qu’un lien référentiel particulier ait été instauré entre l’objet x, quel qu’il soit, et le signe X. Nous parlerons pour cette fixation référentielle, qu’elle soit le résultat d’un acte de dénomination effectif ou celui d’une habitude associative, d’acte de dénomination, et postulerons donc qu’il y a relation de dénomination entre x et X que s’il y a eu un acte de dénomination préalable (G. Kleiber 1984 : 79).

  • 3 Ainsi l’on admettra que chien est une dénomination en tant qu’il réfère à un mammifère ou à la pièc (...)

L’acte de dénomination […] consiste en l’institution entre un objet et un signe X d’une association référentielle durable (ibid. p 80) 3.

2La difficulté pour le lexicologue consiste en la résolution d’un paradoxe : comment concilier cette propriété, dont il ne peut contester ni la réalité ni la pertinence, et la diversité observable du matériau lexical. En d’autre termes c’est la compatibilité des deux notions (dénomination et UL) qui doit être pensée, avec à l’horizon le nécessaire aménagement de l’une et l’autre.

3Dans cette perspective deux questions centrales seront abordées : le couplage entre dénomination et grammaire (la dénomination est-elle une propriété du seul substantif ?) et l’hétérogénéité de la relation de dénomination (existe-t-il une ou plusieurs procédures de dénomination ?).

1. Dénomination et grammaire : la question de l’unité lexicale

  • 4 Pour une mise au point récente sur les diverses conceptions de l’UL en linguistique, voir Cusin-Ber (...)

4Les lexicologues n’ont pas unifié leur conception de l’UL. Sans entrer dans le débat 4 nous rappellerons brièvement que celle-ci se caractérise par au moins quatre types de propriétés :

  • phonologiques (elle est également justiciable d’une description graphématique) ;

  • sémantiques (qui reflètent ses conditions d’applicabilité référentielle et d’usage pragmatique, ses connexions avec d’autres UL) ;

  • syntaxiques (catégorisation grammaticale, sous-catégorisation contextuelle) ;

  • morphologiques (unité simple vs construite).

1.1. Le statut grammatical

5Penser l’UL dans sa fonction de dénomination implique d’emblée un découplage d’avec la grammaire. Si la dénomination — en tant que propriété d’une UL — est effectivement la possession d’une fonction référentielle stabilisée, et si réciproquement la lexicalisation de celle-ci n’est que l’accession de l’UL au statut de dénomination — d’unité présentant cette propriété —, alors la dénomination doit se penser a priori en dehors de tout ancrage grammatical.

6Une telle proposition n’en reste pas moins difficile à appliquer dans la mesure où elle se heurte à deux difficultés majeures. Premièrement, le fait qu’un jeu d’énoncés comme :

1. chien est le nom d’un animal qui…
2. un animal qui… s’appelle un chien

7soit admissible, contrairement à :

3. *-logie est le nom d’une discipline qui…
4. *une discipline qui… s’appelle une -logie
5. *construc- est le nom de…
6. *cela s’appelle construc-

8montre que l’une des conditions premières pour la reconnaissance de cette propriété (et l’attribution du statut d’unité dénommante) est… grammaticale. L’UL concernée doit constituer un atome syntaxique (en l’occurrence ne pas être un morphème lié) donc disposer d’une catégorie grammaticale. Il a pourtant été démontré (Corbin 1987) que les bases de dérivation et de composition (bases savantes, allomorphiques, supplétives) sont des UL. Leur signification doit être apprise, mémorisée. Par ailleurs elles possèdent un statut grammatical : construc- est une base verbale (allomorphique) et sert à construire des noms ou des adjectifs, -logie une base nominale (supplétive) et permet de construire des noms. Il n’est cependant pas possible de les considérer comme dénominations car leur absence d’autonomie syntaxique implique par ailleur un déficit d’autonomie référentielle. En effet ce n’est pas au niveau des éléments que s’établit la référence mais à celui du produit de la construction, c’est-à-dire de l’UL grammaticalisée dans une classe. Pour cette raison les tests précités ne peuvent aboutir qu’à des énoncés faux.

9Seconde difficulté, toutes les UL dotées d’un statut grammatical ne satisfont pas au test de dénomination. Sont concernés en particulier les verbes et les adjectifs :

7. *mentir est le nom d’un procès qui consiste à affirmer ce que l’on sait être faux
8. *sage est le nom d’un comportement qui consiste à…

10Le rejet de ces derniers est le symptôme d’une inadéquation de l’énoncé d’identification sous sa forme actuelle. En effet ces deux classes fournissent des UL disposant, tout comme les N, d’une référence stabilisée, descriptible hors contexte d’emploi et satisfont donc par principe aux exigences requises pour l’identification de la dénomination.

  • 5 Ce dernier est plus profond qu’il n’y paraît. En effet, définir le nom comme entité référentielle c (...)

11La non-acceptation est en fait conditionnée par l’ambiguïté en français du mot nom, qui vise aussi bien un statut grammatical (le nom opposé au verbe ou a l’adjectif) qu’une propriété sémantique (le nom comme étiquette identifiant en langue un segment de réalité). Si seule la seconde dimension est concernée par la procédure de découverte, il n’en demeure pas moins un effet de parasitage 5 entre acceptions. Il serait nécessaire que la lexicologie ouvre la perspective aux autres unités référentielles que le N.

12Les tests de reconnaissance y invitent dans la mesure où appeler admet pour complément d’autres classes que le N :

9. on appelle mentir le fait d’affirmer ce que l’on sait être faux
10. affirmer ce que l’on sait être faux, ça s’appelle mentir
11. on appelle sage un comportement qui…

13Pour y parvenir la substitution d’être le nom de par être la dénomination de ou dénommer, même si elle est souhaitable, n’efface pas pour autant les résonances indésirables. La seule solution envisageable serait de définir explicitement et durablement la signification de ces relateurs. Alors seulement des productions comme :

12. mentir est le nom d’un procès qui consiste à…
13. sage est le nom d’un comportement qui consiste à…

14seront tenues pour admissibles.

15On pourrait reprocher à cette spécification de spécialiser les énoncés du test et de les enfermer dans une procédure de reconnaissance scientifique, non-intuitive et coupée de l’usage courant. Nous répondrons en faisant remarquer le peu de naturel d’une structure comme « X est le nom d’un x qui W » appliquée au lexique. Dans l’usage non spécialisé les questionnements portent en effet sur les référent (« un X est un x qui W ») et non sur l’adéquation de la langue au monde. Ce n’est qu’en arrière-plan que la validation est rapportée au lexique. Les structures qui instancient le relateur est le nom de sont par ailleurs plus propices à une interrogation sur les individus, c’est-à-dire engageant le nom propre. Le caractère rapporté du test l’éloigne fortement des protocoles faisant appel à l’intuition naïve.

1.2. Types ontologiques et classes grammaticales : les déclinaisons du nom

16Le couplage entre dénomination et grammaire implique la possession d’un statut grammatical par l’UL. De fait la question se pose de raccorder les trois classes grammaticales dominantes (N, V, Adj) à des comportements dénominatifs.

  • 6 Nous considérerons l’ontologique comme constitué de données intersubjectivement stabilisées.

17Trois grands types ontologiques 6 se partagent le champ de la référence : les objets, les procès et les propriétés. Il serait tentant d’y superposer les classes grammaticales précitées et de postuler que les N dénomment des catégories d’objets, les V de procès et les Adj de propriétés. Dans G.Petit (2001 a) nous avons opposé à cette position réductrice une approche qui module grammaire et référence.

18Dans la classe grammaticale des noms, les UL renvoyant à des espèces naturelles ou a des artefacts (chien, chat, maison) fournissent des dénominations d’objets (au sens large d’’entités’) du fait qu’elles sont catégorématiques. Les catégories référentielles qui leur sont associées sont indépendantes et non pas ontologiquement liées à d’autres (dont elles dépendraient). Toutefois des N morphologiquement construits peuvent présenter un comportement hybride, catégorématiques dans certains de leurs emplois :

14. la lâcheté est un défaut
15. la réalité est difficile à admettre

19et syncatégorématiques dans d’autres :

16. la lâcheté de Paul m’a déçu
17. la réalité de son crime lui est insupportable

  • 7 lâcheté est le nom d’un type de défaut caractérisé par…/réalité est le nom du monde réel.
  • 8 lâcheté dénomme le fait de se comporter de telle et telle manière ; réalité dénomme le fait pour un (...)

20Les premiers sont des dénominations d’objets (la lâcheté en tant que type de défaut ; la réalité opposée au rêve, à l’imaginaire… 7). Contrairement aux seconds, ils ne se définissent pas par une expression manifestant leur caractère de propriété (le fait d’être x), mais par une paraphrase logique (incluant et spécifiques). En revanche la forme de leurs définitions fait de (16) et (17) des dénominations de propriété : lâcheté et réalité renvoient respectivement au fait pour tel x de supporter telle qualité 8. Ces comportements divergents sont lexicalisés et appartiennent au mode de signifiance de l’UL en langue. Le type de dénomination ne coïncide donc pas avec la classe grammaticale et peut se réaliser sous des formants différents.

21De manière analogue certains déverbaux peuvent recevoir une double interprétation, processuelle ou résultative. Nous prendrons ici le cas bien connu des noms en -tion. Construits sur des bases verbales ils ont pour caractéristique de référer au procès décrit par la base (18) ou à l’objet constitué par son résultat (19) :

18. la construction du bâtiment a pris six mois
19. les murs sont en brique, c’est de la construction solide

  • 9 Toutefois les deux types de dénomination ne sont pas équivalentes. Le fait qu’il soit possible de r (...)

22Dans le premier cas le N fonctionne comme dénomination de procès (et est paraphrasable par un verbe), et dans le second comme dénomination d’objets (paraphrase par un nom ou une expression nominale). La dénomination de procès peut donc être exprimée par un formant verbal ou un formant nominal. Dans ce dernier cas s’opère une abstraction de ce qui, dans l’homologue à formant verbal, était actualisé par la flexion. Le procès n’est pas converti en objet, seule est affectée la représentation qui en est donnée. Le procès se voit conféré aspectuellement les qualités de détachement imparties en principe aux objets 9.

23Le cotexte sélectionnant dans les virtualités sémantiques et référentielles d’une UL le type dénominatif encodé, un substantif comme danse dans :

20. elle a fait de la danse tout l’après-midi
21. la danse est inscrite aux examens d’entrée

24possède respectivement le statut de dénomination de procès à formant nominal (20) et de dénomination d’objet (21). Un énoncé comme :

22. elle aime la danse

25reste intrinsèquement ambigu, danse pouvant être entendu dans un sens processuel ou non.

  • 10 Dans les deux cas les valeurs sont lexicalisées :
    — disjoncter dénomme un procès qui consiste à être (...)

26Les verbes, comme les noms, peuvent isoler des catégories préconstruites et codées ou non préconstruites et non codées (voir plus bas II.2.). Les UL disposant d’un sens métaphorique (p. ex. disjoncter : être interrompu par l’action d’un disjoncteur vs avoir un moment d’égarement 10) construisent différentiellement leur valeur dénominative. Dans :

23. le secteur a disjoncté deux fois aujourd’hui
24. Paul a disjoncté deux fois aujourd’hui

27le verbe renvoie respectivement à une catégorie préconstruite et codée (23), mais pas dans (24) où il dénomme une catégorie non préconstruite et non codée, établie à l’intérieur du registre familier. Traditionnellement ce type d’emploi est estimé désignatif (dans l’acception de G. Kleiber 1984) et non pas dénominatif du fait probablement de son caractère métaphorique (il en va ainsi de la grande majorité du vocabulaire dit familier, comme nous l’avons vu dans Petit 1998 a et c).

  • 11 L’adjectif peut lui aussi isoler des types de catégories référentielles différents, préconstruites (...)

28La dénomination de propriété peut être réalisée par un adjectif (rouge dans la robe rouge) ou un nom (cf. plus haut lâcheté et réalité11. Les adjectifs déverbaux présentent un cas particulier dans la mesure où leur mode de construction les rend a priori susceptibles d’une définition processuelle :

25. un N intéressant/qui intéresse
26. un N [+commerce] florissant/qui prospère

29Comme nous l’avons démontré dans Petit 2001 a, la paraphrase par des verbes est moins adéquate que par d’autres adjectifs. Malgré les apparences, les adjectifs déverbaux ne fournissent pas des dénominations de procès à formant adjectival, mais des dénominations de propriétés.

  • 12 Elle le doit dans la mesure où les positions qu’elle adopte, quand elle en adopte, notamment en mor (...)

30Les limites de cet article nous imposent de ne pas poursuivre les études de cas. Les exemples qui précèdent suffiront à montrer que l’analyse ne peut se limiter à indexer la valeur dénominative d’une UL sur sa catégorie grammaticale. La lexicologie doit 12 donc s’éloigner de la conceptualisation sémantique et logique du phénomène. D’abord en étendant la notion de dénomination à d’autres classes que celle du nom grammatical, ensuite, et surtout, en envisageant qu’une même catégorie grammaticale puisse assumer des fonctions dénominatives différenciées et lexicalisées, c’est-à-dire inscrites dans le programme sémantique des UL et dans leurs règles de sous-catégorisation.

1.3. Substantif et dénomination : quand le nom n’est pas un nom

31Si l’on considère la dénomination comme une propriété fondamentale de l’UL, on admet a contrario que toute séquence, dès qu’elle se lexicalise, donne naissance à une dénomination. La question se pose néanmoins de déterminer s’il existe des UL non dénommantes, autrement dit si une unité peut réaliser ce paradoxe d’être à la fois lexicalisée et dépourvue de valeur dénominative.

32On devrait en principe répondre par la négative dans la mesure où la seule alternative à la dénomination reste la désignation (référence au moyen d’une séquence non codée), qui ne ressortit pas à la langue, mais au discours (Kleiber 1984).

33Toutefois des UL comme chose, truc, bidule, machin, bitoniau si elles réfèrent bien, sont par ailleurs incapables de construire des catégories génériques (des types) :

  • 13 Où W symbolise l’énoncé de propriétés analytiques.

27. *la catégorie des choses
28. *la catégorie des trucs/bidules/machins/bitoniaux regroupe des x qui W 13
29. *une chose est un x qui W
30. *un truc/bidule/machin/bitoniau est un x qui W

34Chose, comme truc, bidule, machin exprime la référence par défaut et s’applique à n’importe quel x, quelles que soient ses propriétés, pour peu qu’on ne le range pas dans une catégorie référentielle typifiante. De fait, ces N construisent une non-catégorie référentielle. D’une manière générale le référent visé soit possède déjà une dénomination et appartient à une catégorie référentielle, soit n’en possède pas. Dans le premier cas la catégorisation par défaut procède d’une volonté de ne pas catégoriser ni dénommer, généralement par goût de la trivialisation (tout x devient un(e) chose/ truc/ bidule/ machin dès lors qu’on refuse de l’analyser) ; dans le second c’est l’inexistance de ces données de base qui contraint à ranger dans ce que la langue offre comme procédure supplétive lexicalisée (le désir de trivialisation n’est toutefois pas absent).

35Bitoniau s’applique de manière transversale à des x rassemblés sur la base de leurs propriétés extrinsèques et construit une sorte de pré-catégorie (un x devient un bitoniau dès lors qu’on l’envisage comme artefact, de petites dimensions, ayant une fonctionnalité au sein d’un dispositif). Toutefois, la catégorisation s’appuie sur des critères trop indéfinis pour constituer une classe référentielle appropriable. De fait le N s’applique à des x par ailleurs catégorisés et dénommés ou non catégorisables et non dénommables.

36Ces UL n’entretiennent pas de relation stable et récurrente avec un quelconque segment de réalité. Pour ces raisons elles ne satisfont à aucun test de dénomination :

31. *chose/ *truc/ *bidule/ *machin/ *bitoniau est le nom d’un x qui W
32. *un x qui W s’appelle un(e) chose/ truc/ bidule/ machin/ bitoniau

37Si le référent possède déjà une dénomination, c’est elle qui sera réalisée et non (31) ou (32). S’il n’en possède pas, on pourra s’attendre à des énoncés du type :

33. je ne sais pas comment s’appelle cette chose/ ce truc/ bidule/ machin/ bitoniau
34. cette chose/ ce truc/ bidule/ machin/ bitoniau n’a pas de nom

38où précisément la seule fonction que ces UL sont susceptibles d’occuper n’est pas celle d’une dénomination.

39Autre exemple : certains N, dans leur emploi interjectif disposent d’une valeur pragmatique qui fait barrage à la référence. Ainsi chapeau, en tant que manifestation de l’admiration, ne catégorise pas et ne dénomme pas. Il ne réfère pas à un type de couvre-chef mais n’assume pas pour autant une fonction de désignation. La valeur pragmatique de ce N, qui prend corps dans le discours, dispose d’une récurrence et d’une stabilité qui permettent de la considérer comme lexicalisée. Raison pour laquelle elle est généralement enregistrée par les dictionnaires.

40Les séquences envisagées ici sont codées : leur forme doit être apprise, ainsi que leurs propriétés sémantiques, aussi atypiques — ou non typifiantes — soient elles. Leur existence montre que tout le matériau lexical n’est pas dénominatif. Un critère fiable pour estimer la valeur dénominative d’une UL reste alors sa capacité, en tant qu’atome syntaxique, à identifier une catégorie référentielle.

2. Les chemins dénominatifs

41La prise en compte de la structuration de la catégorie référentielle permet d’intégrer dans le champ de la dénomination un certain nombre d’UL que l’on classerait a priori dans la désignation. Du fait que leur comportement présente les caractéristiques sémantiques et référentielles imparties à la dénomination, on ne peut considérer celle-ci comme une propriété uniforme : toutes les UL dénominatives n’accomplissent pas leur fonction de manière identique, mais empruntent ce que nous appellerons des chemins.

2.1. Dénomination statutaire vs occurrentielle

42Certaines UL renvoient à des classes d’objets, définissables par description des propriétés intrinsèques ou extrinsèques du référent (p. ex. chaise, chien, femme, enseignant…), d’autres à des classes axiologiques, contenant sinon une appréciation du moins une interprétation qui laisse une large place à la subjectivité (p. ex. imprudence, sagesse, joie, piquette, poubelle « voiture sale, négligée »…). Les exemples rencontrés dans les analyses lexicologiques concernent généralement des UL du premier type. Les catégories référentielles qui leur sont associées sont génériques préconstruites et codées (Kleiber et Tamba 1990 : 15). Les autres UL isolent des catégories référentielles non préconstruites et non codées. Il est possible néanmoins de les objectiviser en énonçant leurs caractéristiques définitoires (cf. plus haut l’interprétation catégorématique de certains N morphologiquement construits). On dira ainsi que l’imprudence est un défaut qui consiste à agir sans envisager les conséquences néfastes d’une action ou encore ou qu’une piquette est un vin de mauvaise qualité. Sur ces constats il sera aisé de construire les énoncés dénominatifs correspondants.

43Toutefois procéder ainsi dissimule quelque peu la dimension subjective de la catégorisation. Une piquette n’est un mauvais vin qu’en fonction d’une échelle de qualité définie non pas en langue, mais individuellement par le locuteur (ou socialement par un groupe). Pareillement pour l’imprudence, qui implique une forme d’insouciance dont le repérage fait lui aussi appel à des déterminations subjectives.

44Contrairement à des noms de classes d’objets, les dénominations de classes axiologiques peuvent admettre la contradiction sans que l’on aboutisse pour autant à un énoncé faux :

35. c’est de l’imprudence. — Non, c’est de la témérité
36. ma voiture, ce n’est pas une poubelle, elle est juste un peu sale
37. *ce n’est pas une librairie/pomme de terre (en montrant une librairie/une pomme de terre)

  • 14 Voir également, bien que dans une perspective différente (Cadiot 1997b et Cadiot et.Nemo 1997).

45Si la description de la catégorie référentielle qui leur est associée ne peut être obtenue à partir de l’énoncé de propriétés fondées de re, il n’en reste pas moins qu’elle est construite à l’intérieur d’un univers de croyance. Ses paramètres constitutifs sont définis de dicto, par la subjectivité du locuteur et en fonction de son expérience personnelle 14. Cela devrait avoir pour conséquence de bloquer la relation de dénomination. Deux cas de figures s’observent : soit l’énoncé dénominatif lui-même n’est pas contestable :

38. imprudence est le nom d’un défaut qui consiste à agir sans envisager les conséquences néfastes d’une action
39. un défaut qui consiste à agir sans envisager les conséquences néfastes d’une action s’appelle de l’imprudence

46soit il l’est :

40. ? ? poubelle est le nom d’une voiture sale et négligée
41. ? ? une voiture sale et négligée s’appelle une poubelle

47(38) et (39) énoncent les conditions auxquelles il y a dénomination. Toutefois l’attribution de nom qui vérifie en situation ces conditions est quant à elle falsifiable (35). Pour cette raison si la dénomination apparaît comme construite en langue son application à un référent réel reste hypothétique. Pareillement pour (40) et (41) auxquels on peut opposer la dénomination voiture instituée de re :

42. une voiture sale et négligée n’a pas de nom spécifique, elle s’appelle toujours une voiture
43. voiture est le nom d’un véhicule… quel que soit son degré de propreté ou d’entretien

48Ces items axiologiques appartiennent pourtant au lexique, ont une signification codée qui doit être apprise même si elle peut être tributaire de la structure morphologique de l’unité, et désignent de manière stable et récurrente un type de catégorie (qui n’est pas préconstruite ni codée). En revanche, et contrairement aux dénominations de classes d’objets, le test auquel satisfont ces UL peut mentionner le mode de construction de la catégorie référentielle (nous soulignons) :

44. lâcheté est le nom d’un comportement qui se caractérise par le manque de courage/que l’on estime lâche
45. poubelle est le nom d’une voiture (que l’on estime) sale et mal entretenue

49bien que depuis longtemps l’habitude, critiquable, soit prise dans les énoncés définitoires d’ontologiser ce qui participe du jugement.

50Nous considérerons les UL qui réfèrent à des classes d’objets comme des dénominations statutaires. Entendre par là qu’elles réalisent l’équation d’appartenance entre la langue et le monde : si tel x présente telles propriétés, alors il sera dénommé de manière univoque par l’UL X.

51Contrairement aux UL classifiantes, qui occupent une fonction de dénomination statutaire, les UL axiologiques sont des dénominations occurrentielles, c’est-à-dire appliquées pour suturer un déficit de dénomination statutaire à :

    • 15 Du fait qu’elles (re)catégorisent ces UL se distinguent de celles qui sont non dénominatives (truc, (...)

    des référents approximativement indexés par ailleurs (poubelle, piquette…) qu’elles recatégorisent 15 en fonction de paramètres appréciatifs ;

  • à des référents non-dénommables univoquement (imprudence, lâcheté, sagesse…) qu’elles catégorisent sur une base interprétative.

52Dans les deux cas la référence est fondée sur une croyance.

2.2. Dénomination de droit vs dénomination de fait

  • 16 Une recherche est en cours concernant son applicabilité aux dénominations occurrentielles.

53Cette distinction s’applique essentiellement aux dénominations statutaires 16 et recoupe l’opposition plus générale entre norme et usage. La catégorie référentielle peut être validée juridiquement ou ne tirer sa légitimité que de l’usage. La formulation des tests (est le nom de/la dénomination de… ; un x… s’appelle un X) induit l’établissement d’une relation biunivoque entre une (seule) UL et une (seule) catégorie référentielle. Il n’est toutefois pas rare de constater qu’une même catégorie de x peut se voir indexée de manière stable et récurrente par plus d’une UL.

54La pathologie que manifestent certains bovins ayant consommé des farines animales est exprimée régulièrement par encéphalopathie spongiforme bovine (siglée ESB) ou bien par maladie de la vache folle (ou vache folle tout court). Ces deux séquences établissent leur fonction coréférentielle avec la même récurrence et la même stabilité. Elles apparaissent dans des contextes discursifs différents, plutôt scientifiques pour la première et non scientifiques pour la seconde. On les rencontre toutefois en cooccurrence dans le discours médiatique destiné au grand public. Ayant un comportement sémiotique identique au regard de leur catégorie référentielle, elles répondent a priori aux critères de la dénomination.

55Elles se distinguent toutefois du fait qu’encéphalopathie spongiforme bovine est validée terminologiquement, contrairement à maladie de la vache folle qui relève davantage de l’usage courant. Pour la première nous parlerons de dénomination de droit, et de dénomination de fait pour la seconde. La dénomination de droit est une relation référentielle institutionnellement reconnue, normalisée par une instance légitimante (professionnels d’un domaine, experts, cour de justice, autorité politique…). Elle est consignée dans une structure de dépôt qui fait office de document de référence : nomenclature terminologique, arrêté ministériel, taxinomie scientifique, répertoire, dictionnaire spécialisé, etc.

  • 17 Dont la fiabilité est discutable : leurs nomenclatures sont nécessairement lacunaires et enregistre (...)

56La dénomination de fait se développe dans l’usage en dehors des réseaux institutionnels et ne requiert d’autre légitimation que celle de la communauté des locuteurs. Elle ne s’exprime pas dans une structure de dépôt si ce n’est les dictionnaires généraux de langue 17. Il n’est toutefois pas rare de rencontrer une dénomination de fait dans une nomenclature officielle ou un arrêté de terminologie, mais elle n’apparaît dans ce cas que comme unité rejetée ou déconseillée.

57La distinction entre ces deux types de dénomination évoque les partages entre taxinomie savante et populaire, ou encore entre terminologie et lexique. En fait sa portée est plus large.

  • 18 Le suffixe -ure doit être entendu en distribution sur l’ensemble des bases (chlor-, fluor-, carb-), (...)

58Au début de années quatre-vingt-dix la presse grand public a abondamment référé aux gaz à effet de serre en utilisant l’expression chlorofluorocarbones (siglée CFC). Les scientifiques ont a plusieurs reprise critiqué la construction du N en lui opposant chlorofluorocarbures 18 qui est diachroniquement antérieur. Ces mises en garde et la pertinence des motifs invoqués n’ont pas empêché chlorofluorocarbone de perdurer et d’être utilisé régulièrement (dans le discours médiatique), voire davantage que chlorofluorocarbure. Les deux termes n’appartiennent pas à deux taxinomies différentes : chlorofluorocarbone était perçu et véhiculé par le discours médiatique comme une dénomination de droit, alors qu’il n’est qu’une altération morphologique, que seuls les scientifiques ont décelée, de son homologue. Les éléments qui constituent chlorofluorocarbone ne sont pas moins spécialisés que ceux de son concurrent, tout comme le procédé de composition. Il s’en distingue néanmoins par deux points :

  • le caractère fautif de sa composition (impropriété du suffixe ‑one) ;

  • le fait qu’il n’est validé que par l’usage, et en particulier dispose d’un emploi restreint aux productions médiatiques alors que chlorofluorocarbure est légitimé par une autorité énonciative (un locuteur dont la parole possède une prééminance du fait de sa position au sein d’une communauté discursive ; Maingueneau (1992)) en l’occurrence le terminologue.

59Chlorofluorocarbone reste une dénomination de fait, fautive mais installée dans l’interlocution courante (du moins tant que son homologue institutionnalisé ne lui est pas préféré).

  • 19 Par principe ils ne catégorisent pas. Les dictionnaires qui les renseignent doivent proposer des dé (...)

60La distinction entre ces deux types de dénominations permet également de rendre compte de doublons observables dans le domaine des noms de marques, comme Walkman vs baladeur ou Coca vs cola (voir. Petit 2000b). En tant que marques commerciales Walkman et Coca-cola sont juridiquement des dénominations de droit, déposées auprès d’une institution officielle (en l’occurrence l’Institut National de la Propriété Industrielle), propriétés des sociétés qui les ont créées et doivent être considérés comme des noms propres 19. Toutefois, les référents associés à ces marques sont constitués en type (le petit magnétophone portable pour l’une, le soda pétillant de couleur brun-noir pour l’autre). Le locuteur qui utilise le nom de marque réfère autant au type d’objet qu’à la sous-classe de ceux qui portent la marque Walkman ou Coca-cola. Ces conditions d’utilisation prédisposent le nom de marque à devenir un nom générique pour le référent. Le fait que par ailleurs la marque elle-même occupe une position dominante sur le marché favorise cette mutation de statut, surtout si comme c’était le cas pour les deux N précités, le lexique n’offre pas immédiatement d’alternative. Dans l’usage courant walkman et coca fonctionnent effectivement pour dénommer les catégories auxquelles appartiennent leurs référents. Ils deviennent donc dénominations de fait (en toute illégalité).

61La configuration dénominative de ces termes s’organise alors comme suit :

46. Walkman/ Coca (cola) est la dénomination de droit d’une marque de…
47. walkman/ coca est la dénomination de fait d’un petit magnétophone…/ d’un soda qui…
48. un petit magnétophone…/ un soda qui… s’appellent dans l’usage courant un walkman/ du coca

62en revanche aucun énoncé en s’appeler n’est possible pour Walkman et Coca dans la mesure où ces N n’isolent pas — en droit — un type et que leur valeur dénominative reste indexicale (Petit 2001) :

49. Walkman/Coca (cola) est le nom d’un x qui s’appelle Walkman, Coca (cola)

63La création de baladeur et cola, postérieure à celle des deux noms de marque, n’a eu pour sa part d’autre objectif que de proposer des dénominations de droit lexicales pour référer à ces catégories génériques, qui en étaient dépourvues, et éviter notamment l’usage abusif des noms de marques par des concurrents. Dans l’interlocution spécialisée les deux lexèmes se sont imposés :

50. baladeur/ cola est la dénomination de droit/ le nom oficiellement reconnu d’un petit magnétophone…/ d’un soda qui…
51. un petit magnétophone…/ un soda qui… s’appellent juridiquement un baladeur/ du cola

  • 20 Raison pour laquelle le recours à des dictionnaires de langue est d’un rendement très aléatoire.

64Dénominations de fait et dénomination de droit peuvent par ailleurs se superposer lorsque des UL sont légitimées par une institution et adoptées par l’usage courant : chien, chat, tournevis, pomme de terre, librairie, moucheron… 20

2.3. Dénomination linguistique vs diaphasique

65D’une manière générale la dénomination est pensée comme une propriété de la langue et d’elle seule. D’où un refus de prendre en compte explicitement la stratification sociale de celle-ci. Explicitement car la formulation des énoncés de reconnaissance impute la dénomination préférentiellement au registre standard parce que non marqué. Pour cette raison sans doute il n’est pas jugé utile de compléter le libellé du test lorsqu’on affirme que librairie est le nom d’un magasin où l’on vend des livres.

  • 21 Même si la donation qu’elles proposent est appréciativement marquée et procède à une trivialisation (...)

66Une influence idéologique établit depuis longtemps les UL standard comme représentants prototypiques du lexique et des relations qui le structurent. Les UL appartenant au vocabulaire familier : clebs, citron (‘crâne’), bagnole, poiscaille… sont a priori tenues comme non dénommantes et rangées dans les variantes désignatives. Une analyse de leurs propriétés sémiotiques (Petit 1998c) démontre pourtant qu’elles présentent des caractéristiques analogues à celles des UL standard : leur forme et leur signification doivent être apprises (clebs, citron, bagnole) ou bien leur procédé de construction (poiscaille donne à lire une troncation non morphologique de poisson, tout comme valoche par rapport à valise). Elles réfèrent de manière stable et récurrente à des catégories de x (qui en l’occurrence ne sont pas nécessairement appréciatives 21). Les énoncés du type :

52. clebs/ citron/ bagnole/ poiscaille est le nom d’un x qui…
53. un x qui… s’appelle un(e) clebs/ citron/ bagnole/ poiscaille

67semblent tout à fait exclus, contrairement à :

54. chien/ crâne/ voiture/ poisson est le nom d’un x qui…
55. un x qui… s’appelle un(e) chien/ crâne/ voiture/ poisson

  • 22 Le registre devrait être précisé pour toutes les UL dès lors qu’il est marqué. Pour les UL standard (...)

68Le blocage tient à ce que la relation se situe dans une aire sociolinguistiquement marquée, et à ce que ces noms familiers fonctionnent en binômes avec des UL standard pour viser la même catégorie référentielle. Le libellé des tests, pour rendre compte de la diversité des phénomènes lexicaux observables, devrait spécifier 22 le registre d’emploi des UL (nous soulignons) :

  • 23 La formulation est l’un des noms de est linguistiquement juste, contrairement à est le nom de.

56. clebs/ citron/ bagnole/ poiscaille est le/ l’un des nom(s) familier(s) d’un x qui… 23
57. un x qui… s’appelle dans le registre familier un(e) clebs/ citron/ bagnole/ poiscaille

69La structuration en binôme pose une nouvelle fois la question de savoir si la dénomination est une relation partagée. Les propriétés sémiotiques des UL familières qui sont associées à des UL standards présentent certaines limitations (Petit 1998 c) : il n’est pas possible de les définir en produisant la paraphrase logique (incluant et différences spécifiques) admise par leurs équivalents standard. Par ailleurs, si l’on peut définir une UL familière par son homologue standard, la réciproque ne semble pas envisageable. Quoi qu’il en soit de la nature culturelle ou linguistique de ces limitations, elles ne semblent pas avoir de conséquences sur la valeur dénominative des unités. Il est possible de construire des énoncés qui manifestent celle-ci quel que soit le type d’UL :

  • 24 Avec l’autonyme derrière la séquence qui identifie la catégorie référentielle quand il y a reduplic (...)

58. il y a plusieurs mots pour dénommer un véhicule automobile qui…, c’est voiture, bagnole, caisse
59. on appelle une voiture voiture dans le registre standard et bagnole, caisse dans le registre familier 24
60. bagnole, voiture et caisse sont diverses dénominations pour un véhicule qui…

70Postuler que ‘X’ est le nom dans le registre Y d’un x qui… présuppose qu’il existe aussi ou qu’il peut exister un nom dans un autre registre, qui accomplit la même fonction. Toutefois, certaines UL familières fonctionnent de manière autonome (Petit 1998c) car dépourvues d’homologues standard : poubelle (‘voiture sale, négligée’), crinière (‘chevelure abondante’), caserne (‘grand immeuble sinistre’), picrate (‘vin de mauvaise qualité’)… Elles présentent les mêmes caractéristiques sémantiques et référentielles que ces dernières, en particulier au regard de la dénomination.

71Un argument susceptible de plaider pour le privilège des UL standard est le fait que dans un énoncé visant à vérifier la valeur dénominative d’une UL familière la catégorie référentielle peut être indexée non pas par une description du type un x qui… mais par un SN dont la tête est la dénomination standard, chose difficile à réaliser si l’énoncé cherche à vérifier la valeur dénominative d’une UL standard :

61. bagnole est l’un des noms de la voiture
62. une voiture s’appelle une bagnole dans le registre familier
63. *voiture est l’un des noms de la bagnole
64. *une bagnole s’appelle une voiture
65. ? une bagnole s’appelle une voiture dans le registre standard
66. on appelle la voiture bagnole dans le registre familier
67. ? on appelle la bagnole voiture dans le registre standard

  • 25 La question de la pertinence se trouve posée, ainsi que celle des paramètres de sa détermination. S (...)

72Il semble en effet peu naturel d’identifier sans autre forme de précision une catégorie référentielle dans un registre de langue marqué 25.

73Le problème posé par poubelle, crinière, caserne, picrate (cf. plus haut) est différent. Ces N ne fonctionnant pas en binôme avec une UL standard, leur référence est exclusive. Rejeter :

68. poubelle/ crinière/ caserne/ picrate est le nom d’un x qui…
69. un x qui… s’appelle un(e) poubelle/ crinière/ caserne/ picrate

74n’est possible que pour une raison qui n’est ni linguistique ni sociolinguistique. Il convient donc ici encore d’amender la formulation des énoncé sur le modèle de (54) et (55) ou de préciser que la lexicalisation ne s’est produite que dans un registre marqué :

70. un x qui… n’a de nom qu’en registre familier, c’est : poubelle /crinière /caserne/ picrate
71. le nom/ la dénomination d’un x qui… n’existe qu’en registre familier, c’est : poubelle/ crinière/ caserne/ picrate

Conclusion

75Au terme de ce rapide tour d’horizon un point semble acquis. C’est à la lexicologie à construire elle-même sa propre conceptualisation et tenter de se départir des héritages qui pourraient l’informer. S’il y a identification du fait lexical et du fait dénominatif pour les UL référentielles, la lexicologie doit se doter d’une conception stratifiée et modulaire de la dénomination. Stratifiée car prenant en compte le mode de construction des catégories référentielles, le statut juridique de la référence, le clivage de la langue par registres, le dégroupement des types par classes syntaxiques. Modulaire car ces paramètres différenciateurs se combinent ou s’excluent. La perspective d’ensemble doit donc intégrer la variété du lexique et admettre la déclinaison de celle-ci. Pour ces raisons il serait plus juste de penser la dénomination en termes de modalisations dénominatives.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boisson Cl. et Thoiron Ph. dir.
1997, Autour de la dénomination, PUL, Lyon.

Bosredon B. et Tamba I.
1998, « Un exemple de transfert théorique, l’autonyme », Sémiotiques n° 15, Paris.

Cadiot P., 1997a, « Avant-propos », Sémiotiques n° 13, Paris, 5-13.
1997b, « Aux sources de la polysémie nominale », Langue française n° 113, 3-11

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cadiot p. et Nemo F.
1997, « Pour une sémiogenèse du nom », Langue française n° 113, 24-34.
DOI : 10.3406/lfr.1997.5367

Cadiot p. et Tracy L.
1997, « On n’a pas toujours la tête sur les épaules », Sémiotiques n° 13, Paris, 105-121.

Corbin D., 1987, Morphologie lexicale et structuration du lexique, Niemeyer, Tübingen.

Corbin D. et Temple M.
1994, « Le monde des mots et des sens construits », Les Cahiers de lexicologie Vol. LXV 1994-II, 5-28.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cusin-Berche F., 1999, « La notion d’unité lexicale en linguistique et son usage en lexicologie », Linx n° 40, 11-32.
DOI : 10.4000/linx.730

Dubois D. dir., 1990, Sémantique et cognition. Catégories, prototypes, typicalité, CNRS Éditions, Paris.
1998, Catégorisation et cognition : de la perception au discours, Kimé, Paris.

Kleiber G., 1981, Problèmes de référence : descriptions définies et noms propres, Recherches linguistiques VI, Klincksieck, Paris.
1984, « Dénomination et relations dénominatives », Langages n° 76, 77-94.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kleiber G. et Tamba I.
1990, « L’hyponymie revisitée : inclusion et hiérarchie », Langages n° 98, 7-32.
DOI : 10.3406/lgge.1990.1578

Kripke S., 1982, La logique des noms propres, Minuit, Paris.

Lyons J., 1978, Éléments de sémantique, Larousse, Paris.
1980, Sémantique linguistique, Larousse, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Maingueneau D., 1992, « Le tour ethnolinguistique de l’analyse du discours », Langages n° 105, 114-125.
DOI : 10.3406/lgge.1992.1628

Martin R., 1976, Inférence, antonymie et paraphrase, Klincksieck, Paris.
1983, Pour une logique du sens, PUF, Paris.
1987, Langage et croyance, Mardaga, Bruxelles.

Mill J. S., 1988, Système de logique, Mardaga, Bruxelles.

Mortureux M.-Fr., 1997, La lexicologie entre langue et discours, Sédes, Paris

Petit G., 1998a, « Un phénomène d’hybridation sémiotique et sémantique : les noms familiers », Le français moderne, tome LXVI n° 1, 27-56.
1998b, « Dénomination et discours », Lengua, discurso, texto (I Simposio Internacional de Analisis del Discurso), Visor Libros, Madrid, 383-399.
1998c, « Approche lexicale et sémantique du vocabulaire familier », Les Cahiers de lexicologie, n° 72 1998-1, 5-40.
1999, « La double hybridation de l’unité lexicale », Linx n° 40, 137-158.

Petit G., 2001a, « Dénomination et lexique », Journal of French Language Studies, Cambridge University Press (sous presse), 109-141.
2000, « Un hybride sémiotique : le nom déposé », Linguisticae investigationes, tome XXIII, fascicule 1, 161-192.
2001b, « Dénomination et autonymie : les inadéquations d’une procédure de reconnaissance », Actes du Colloque Autonymie, Université de la Sorbonne Nouvelle (sous presse), Paris.

Siblot P., 1997, « Nomination et production de sens : le praxème », Langages n°127, 38-55.
1998, « Nommer c’est prédiquer », Cahiers de praxématique n° 30, 37-54.
1999, « Appeler les choses par leur nom. Problématiques du nom, de la nomination et des renominations », à paraître, Akin S. (éd.) Les processus redénominatifs.

Temple M., 1995a, « L’analyse morphologique d’un mot construit : un point de vue particulier sur la dénomination », Scolia n° 3, 11-30.
1995b, Pour une sémantique des mots construits, Presses universitaires du Septentrion, Lille.

Haut de page

Notes

1 Elle était toutefois impliquée dans sa thèse de 1981 (Kleiber 1981).

2 Nous adopterons ici une conception restreinte du lexique qui ne concerne que les unités référentielles, qu’elles soient autonomes, liées (bases savantes, supplétives, allomorphiques, la question des affixes restant entière) ou constituées de plusieurs mots (synapsies, locutions, etc.). La conceptualisation proposée par G. Kleiber concerne également le nom propre, que nous n’aborderons pas ici.

3 Ainsi l’on admettra que chien est une dénomination en tant qu’il réfère à un mammifère ou à la pièce d’un fusil, mais pas quand il fonctionne comme insulte. Pareillement pour pomme de terre contrairement à légume avec lequel on fait des frites.

4 Pour une mise au point récente sur les diverses conceptions de l’UL en linguistique, voir Cusin-Berche (1999).

5 Ce dernier est plus profond qu’il n’y paraît. En effet, définir le nom comme entité référentielle convoque un substrat théorique, et notamment logique, qui accorde un privilège au SN et au N (Mill 1988 : 22-46 ; Lyons 1980 : 74-87). Toutefois ces positions, à partir desquelles il est possible de penser une dimension linguistique de la dénomination (Kleiber 1984), n’ont pas ou guère été diffusées en lexicologie. Les dimensions de cette étude ne nous permettent pas de développer ici la question.

6 Nous considérerons l’ontologique comme constitué de données intersubjectivement stabilisées.

7 lâcheté est le nom d’un type de défaut caractérisé par…/réalité est le nom du monde réel.

8 lâcheté dénomme le fait de se comporter de telle et telle manière ; réalité dénomme le fait pour un x d’être réel.

9 Toutefois les deux types de dénomination ne sont pas équivalentes. Le fait qu’il soit possible de restituer le verbe dans la définition du déverbal montre que l’une des dénominations est seconde par rapport à l’autre.

10 Dans les deux cas les valeurs sont lexicalisées :
— disjoncter dénomme un procès qui consiste à être interrompu…/à avoir un moment d’égarement
— être interrompu…/avoir un moment d’égarement, ça s’appelle disjoncter

11 L’adjectif peut lui aussi isoler des types de catégories référentielles différents, préconstruites et codées ou non (une table boiteuse vs un projet boiteux). Voir ici II.2.

12 Elle le doit dans la mesure où les positions qu’elle adopte, quand elle en adopte, notamment en morphologie (Temple 1995 a et b) sont héritées soit de l’article de G. Kleiber (1984) soit de réminiscence sur la base de celui-ci.

13 Où W symbolise l’énoncé de propriétés analytiques.

14 Voir également, bien que dans une perspective différente (Cadiot 1997b et Cadiot et.Nemo 1997).

15 Du fait qu’elles (re)catégorisent ces UL se distinguent de celles qui sont non dénominatives (truc, bidule…). Elles s’opposent aux désignations car leur signification est codée.

16 Une recherche est en cours concernant son applicabilité aux dénominations occurrentielles.

17 Dont la fiabilité est discutable : leurs nomenclatures sont nécessairement lacunaires et enregistrent aussi bien des dénominations de droit que des dénominations de fait. Par ailleurs ces ouvrages n’ont jamais défini leur fonction, descriptive ou prescriptive, de manière claire et univoque, tant la demande du lectorat est indécise en la matière.

18 Le suffixe -ure doit être entendu en distribution sur l’ensemble des bases (chlor-, fluor-, carb-), l’instruction sémantique qui est la sienne lui permettant de les sélectionner (chlorure, fluorure, carbure). En revanche -one ne peut sélectionner que carb- (fluorone et chlorone n’existent pas et sont impossibles). Chlorofluorocarbone doit donc être considéré comme un terme mal formé.

19 Par principe ils ne catégorisent pas. Les dictionnaires qui les renseignent doivent proposer des définitions métalinguistiques du type « nom de marque de… » ou « x de la marque de ce nom » (cf. le Petit Larousse).

20 Raison pour laquelle le recours à des dictionnaires de langue est d’un rendement très aléatoire.

21 Même si la donation qu’elles proposent est appréciativement marquée et procède à une trivialisation du référent.

22 Le registre devrait être précisé pour toutes les UL dès lors qu’il est marqué. Pour les UL standard la mention n’est pertinente que si la langue leur associe un ou plusieurs synonymes dans un registre marqué.

23 La formulation est l’un des noms de est linguistiquement juste, contrairement à est le nom de.

24 Avec l’autonyme derrière la séquence qui identifie la catégorie référentielle quand il y a reduplication entre les deux (Petit 2001c).

25 La question de la pertinence se trouve posée, ainsi que celle des paramètres de sa détermination. Si l’on estime qu’il est pertinent de viser la catégorie dans le registre standard, alors on implique que la dénomination familière s’effectue par l’intermédiaire de la dénomination standard : clebs dénommerait via chien. Cette hypothèse est toutefois très puissante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Petit, « Pour une conception lexicologique de la dénomination », Cahiers de praxématique [En ligne], 36 | 2001, mis en ligne le 15 juillet 2009, consulté le 17 septembre 2014. URL : http://praxematique.revues.org/326

Haut de page

Auteur

Gérard Petit

Université Paris X
RES (SYLED)
(Evangelia.Petit@fr.tnsofres.com)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page